Magazine Culture

Mon fils... et sa première expérience de la neige.

Par Sandy458

Mon fils... et sa première expérience de la neige.

Comme l'Albatros de Baudelaire, Jocelyn est pourvu d'ailes gigantesques mais elles ne sont que dans sa tête et ses capacités de petit enfant l'empêchent d'avancer selon sa volonté... il se heurte à la réalité de ses possibilités.

Même si nous sommes au seuil du printemps, je vous invite à remonter le temps, pas bien loin en arrière, histoire de consigner une tendre anecdote concernant mon fils Jocelyn.

Début février, nous avons bénéficié de conditions météorologiques propices  pour que la neige tombe,  résiste vaillamment pendant plusieurs jours et pour qu'elle nous gratifie d'une bonne couche de poudreuse de plusieurs centimètres.

C'est un fait assez rare par chez nous pour que la vie quotidienne en soit troublée et pour que le paysage prenne une allure inaccoutumée.

 


Et c'était aussi la première grande rencontre avec la neige  pour Jocelyn...

Elle tombait avec force depuis le matin.

Il l'observait par la fenêtre de la bibliothèque puis il  courait jusqu'à la porte vitrée de la terrasse... oui, c'était bien le même phénomène étrange qui se répétait.

Curieux, il avait alors collé son front et ses mains sur la vitre froide et m'avait répété plusieurs fois : « Regarde maman, il neige ! » enfin plutôt « agade maman, i-nègeu ».

La vitre avait fini par se couvrir d'une buée provoquée par son souffle chaud.

Encore un prodige !

Il scrutait le ciel, les petites boules sautaient des nuages blancs.

Elles virevoltaient, planaient un instant puis elles allaient se perdre sur le sol où elles se serraient les unes contre les autres pour former un surprenant revêtement.

Il était temps d'en faire directement la connaissance.

Mettre le manteau, enfoncer le bonnet jusqu'aux yeux, pelotonner ses menottes dans les moufles, chausser ses bottes et on était paré pour partir à l'aventure.

C'est que c'est du sérieux la découverte de la vie, on doit s'équiper en conséquence !

Arrivé à l'extérieur... drame absolu...

Ainsi,  c'était pour de vrai, ce n'était pas juste une fantaisie au travers de la fenêtre ?

Il ne reconnaissait plus rien de son environnement habituel.

Le banc, la pelouse, le parc de jeux... tout était là pourtant mais rien n'était plus comme d'habitude.

Ça fait peur de perdre ses repères lorsqu'on est encore en train de se les constituer.

La neige s'était évertuée à tout réinventer, semant néanmoins quelques indices pour permettre aux yeux perplexes de voir avec un regard différent.

Et puis, la sensation était trop nouvelle !

Cette chose blanche qui semblait si légère, si douce et si agréable derrière la vitre était en réalité froide et mouillée.

Pire, on s'y enfonçait, elle engloutissait les petits pieds et les retenait... les aurait-elle dévoré si on l'avait laissé faire?

Petit Esprit remettait tout en question... lui qui croyait être le roi du monde et tout dominer comprenait qu'il était encore bien loin du compte.

Il fallait passer outre l'appréhension, oser toucher, marcher, accepter la perte des repères... comme c'était difficile...

Il perdait sans cesse son équilibre alors que sa stabilité n'était pas encore bien acquise...

Et il chutait, il tempêtait, il pleurait de dépit et de rage de découvrir qu'il était encore un tout petit...

Cramponné à ma main, il a fini par accepter d'avancer un peu, il a  testé ses nouvelles sensations, il a tenté de trouver un intérêt à cette expérience déroutante...

Devant lui, les empreintes  des chats errants, des oiseaux, les traces des glissades des enfants étaient autant d'invitation à se surpasser...

Il a marqué la neige de son pas... c'était de la magie... il y avait un témoignage de son propre passage... « J'existe, je me révèle »...

Il a fini par me lâcher la main, faire quelques pas seul, un peu apeuré encore et il a ri aux éclats de son audace.

Après un long moment où il a  apprivoisé autant la neige que lui-même, le froid et la fatigue ont pris la main.

Il était temps de songer au retour à l'intérieur, au chaud, là où c'était bon.

La maison en semblait encore plus chaleureuse ...

Après, il ne faut pas s'étonner si on s'est endormi le nez dans les coussins du canapé...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sandy458 856 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog