Magazine France

Mobilisation universitaire massive à la veille de la manif

Publié le 10 mars 2009 par Torapamavoa Torapamavoa Nicolas @torapamavoa

Vu sur BELLACIAO
Une quarantaine d’universités en grève ou bloquées
mardi 10 mars 2009 (19h24)
Sur 70 des 79 universités de France métropolitaine, 41 étaient touchées par la grève, totale ou partielle, et/ou des blocages, alors que 29 universités fonctionnaient normalement.
La mobilisation universitaire ne semblait pas faiblir mardi 10 mars, au moins une quarantaine d’universités étant en grève et/ou bloquées. Sur 70 des 79 universités de France métropolitaine pour lesquelles l’AFP a pu collecter des informations, 41 étaient touchées par la grève, totale ou partielle, et/ou des blocages, alors que 29 fonctionnaient normalement.

Occupation des locaux
Une quinzaine d’établissements étaient bloqués et Paris-IV a été fermée lundi. Les autres universités en grève. A l’inverse, 29 universités fonctionnaient normalement ou presque.
L’université de Toulouse II-Le Mirail a été fermée "jusqu’à nouvel ordre" après l’occupation des locaux administratifs la veille par une centaine d’étudiants, a-t-on appris auprès du président de la faculté, Daniel Filâtre. "De graves incidents se sont déroulés dans le bâtiment de l’administration centrale lundi après-midi. Des étudiants ont envahi la salle du conseil et les locaux de la présidence, après en avoir défoncé portes et cloisons, choquant fortement les personnels présents", a déclaré Daniel Filâtre dans un communiqué. "En conséquence, le campus du Mirail dans sa totalité sera fermé, à compter de mardi 8h30, et ce jusqu’à nouvel ordre", a-t-il précisé. "Rien ne justifie de tels actes"
Les étudiants de l’université du Mirail (Sciences humaines, Lettres, Langues et Arts) bloquent les locaux de la faculté depuis vendredi dernier. Ceux de l’université Toulouse III-Paul Sabatier (Sciences) ont également tenté de bloquer mardi matin les locaux, a-ton appris auprès du rectorat. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse a fermement condamné mardi les incidents qui se sont produits la veille à l’université de Toulouse-II-Le Mirail et estimé que "rien" ne justifiait "de tels actes". Valérie Pécresse "condamne avec la plus grande fermeté la violence et les dégradations conséquentes qui ont eu lieu à l’Université de Toulouse-II-Le Mirail", indique un communiqué de son ministère. "Rien ne peut justifier de tels actes, qui sont contraires à l’esprit et à l’image de l’université", poursuit le texte. Dans ce communiqué, la ministre "réaffirme son soutien à l’ensemble des présidents d’université et adresse plus particulièrement un message de sympathie et de soutien à l’ensemble de la communauté universitaire toulousaine".
Entre 150 et 200 personnes rassemblées à Paris
Ces actions interviennent alors que le monde universitaire est touché par un mouvement de contestation de la politique du gouvernement dans l’Enseignement supérieur depuis six semaines. La coordination nationale des universités avait lancé cette journée "d’actions diverses", qui s’est traduite par des rassemblements devant les rectorats ou des distributions de tracts. A Paris en début d’après-midi, quelques 200 personnes - enseignants, étudiants - selon le collectif Sauvons l’université, 150 selon la police, se sont rassemblées, à l’appel de Sud Education devant le rectorat, près de la Sorbonne, rue des écoles (Ve arr), en présence d’un important dispositif policier. "Non aux réformes Darcos, résistons, une autre école est possible", proclamait la banderole d’une école. "L’Université n’est pas une entreprise, le savoir n’est pas une marchandise", pouvait-on lire sur un autocollant.
Appel à manifester mercredi
Par ailleurs des assemblées générales se sont tenues dans les universités. De même, plusieurs instituts universitaires de technologie (IUT) ont été bloqués, à "Rennes, Brest, Nantes, Montpellier, Toulouse, Nîmes, Valence, La Roche-sur-Yon", selon l’association des directeurs d’IUT (ADIUT), qui a précisé que des assemblées générales se tenaient un peu partout d’ici jeudi. Le mouvement, qui proteste contre la baisse des moyens des IUT dans le cadre de la loi sur l’autonomie des universités, "n’est pas minoritaire", a expliqué à l’AFP Gilles Broussaud, son vice-président. Enfin des "nuits des écoles" (occupations, pique-niques), à l’initiative de divers collectifs, sont organisées pour la soirée de mardi dans plusieurs régions de France. Mercredi, tous les personnels de la maternelle à l’université sont appelés à manifester, à l’appel d’une intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche et de la coordination nationale des universités. Selon la FSU, des cortèges sont prévus dans au moins 24 villes. A Paris, le défilé partira à 14h30 de la place de la République en direction de Nation
NOUVELOBS.COM | 10.03.2009 | 18:38
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20090310.OBS8154/une_quarantaine_duniversites_en_greve_ou_bloquees.html
De : ELLE
mardi 10 mars 2009

http://torapamavoa.blogspot.com

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :