Magazine Journal intime

Que dit la toile sur la SEP? Une grave escroquerie et la recherche.

Par Handiady
Sur tsr.ch:
"

Un nouveau laboratoire high-tech inauguré à Genève pour l'étude du cerveau et des comportements

Que dit la toile sur la SEP? Une grave escroquerie et la recherche. 12.03.2009 18:56 Que dit la toile sur la SEP? Une grave escroquerie et la recherche. Le "Brain and Behaviour Laboratory" de l'Université de Genève a été inauguré jeudi en présence du conseiller fédéral Pascal Couchepin. Ce complexe unique en Europe cible ses recherches sur le cerveau et les comportements humains. Ce labo de 400 m2 au sous-sol du Centre médical universitaire abrite plusieurs salles, chacunes destinées à un aspect particulier de l'étude des émotions. Le "BBL" accueille des appareils pour étudier le sommeil et les stimuli sensoriels, ainsi qu'un IRM ultra-puissant. Des recherches sur l'Alzheimer, l'autisme, la sclérose en plaques et les phobies y seront notamment effectuées. (SWISS TXT)"
Sur lunion.presse.fr:
"

Reims / Détournements

Une handicapée dépouillée


de 112.000 € par sa garde-malade


C'est l'histoire d'une trahison sur fond de gros sous que le tribunal correctionnel de Reims a eu à juger mardi après-midi.
La plaignante a tenu à faire le déplacement malgré son grave handicap. Agée d'une cinquantaine d'années, clouée dans une chaise roulante, déformée par la maladie, elle est atteinte d'une sclérose en plaques.
La prévenue est son ex-dame de confiance, son aide à domicile avec laquelle des liens étroits s'étaient noués. « Elle était considérée comme une amie. Elle est même partie en vacances avec sa famille » indique l'avocat de la victime, Me Denis.
Et pourtant, de janvier 2003 à août 2006, Monique Rollin a profité de sa vulnérabilité pour détourner à Reims la faramineuse somme de 112.000 €. Elle falsifiait des chèques, les encaissait, réglait des achats personnels ou effectuait des retraits avec la carte bancaire qu'elle utilisait également comme moyen de paiement (la victime lui avait confié le code).
Les détournements ont pu s'étaler sur une aussi longue période car l'aide à domicile s'occupait des comptes, C'est son propre frère, visiblement en froid avec elle, qui a découvert les agissements frauduleux. Il déposait plainte auprès des services de police en septembre 2006.
Laissée libre sous contrôle judiciaire, l'employée de maison aujourd'hui en retraite (elle est âgée de 61 ans) vivait au-dessus de ses moyens. Ses dépenses atteignaient le double de son salaire. D'après ses déclarations, elle a sombré dans la spirale des détournements pour rembourser sept crédits. Le président du tribunal relève pourtant des dépenses qui n'avaient rien d'alimentaire : sorties au restaurant, achats de parfums, de fleurs et de vêtements, entretien d'une voiture, etc. « La belle vie avec l'argent des autres », grince le magistrat.
« Il s'agit d'une trahison. Une trahison intolérable, inqualifiable au regard de l'état de santé de la victime », dénonce Me Denis. « Mme Rollin le regrette. Elle le paye financièrement et psychologiquement », réplique Me Frédérique Regaldy en défense.
L'avocate décrit un « mécanisme », une relation humaine particulière qui aurait poussé l'aide-ménagère à commettre ses errements coupables. « Elle s'occupait d'une dame qui avait un caractère autoritaire et qui la brimait comme une petite salariée. Elle ne disait rien. Elle était docile. Ce fut pour elle une façon de se venger. »
La prévenue comparaissait pour « abus de confiance au préjudice d'une personne vulnérable ».
Conformément aux réquisitions du parquet, le tribunal l'a condamnée à sept mois de prison avec sursis. Elle devra payer 3.000 € au titre du préjudice moral et finir de rembourser les sommes détournées. La note s'élève encore à 98.817 €.
F.C
."
***MON GRAIN DE SEL: plus que choquée, évidemment! Outrée, dégoûtée! Depuis peu, je suis moi aussi dépendante en partie, obligée de me faire aider par des étrangères à ma famille, et je dois dire que je ne fais pas confiance facilement. On s'entend plutôt bien , voire davantage, mais je ne confie pas mes clés, même pour aller à la poubelle. Je ne donne jamais mon chéquier, et encore moins mon N° de CB. Ceci dit, je connais des non-voyants qui n'ont que le choix de la confiance et qui le donnent!
Je pense que 7 mois, ce n'est pas une peine assez sévère et nous savons que la SEPienne ne sera jamais remboursée, ce qui est un scandale en temps de crise et vu les prix du handicap!

Image Hosted by ImageShack.us
Que dit la toile sur la SEP? Une grave escroquerie et la recherche.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Handiady 268 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte