Magazine

Jalouse, va !

Publié le 16 mars 2009 par Dakeyne

media_xl_854754

Loin de nous l'idée de croire que nos copines sont jalouses, vraiment. Mais parfois, malgré elles, elles vous lâchent ces petites piques désobligeantes qui vous minent le moral en pas plus d'une phrase alors que justement, on se sentait vachement bien.
Ben oui, forcément. Parce que c'est là qu'est toute la science de la jalouse. Elle voit tellement juste dans ce qui vous rend radieuse qu'elle sait aussi exactement frapper là où ça fait mal, histoire de mettre un sombre nuage dans un ciel trop bleu à son goût.
Parfois, il suffit juste de savoir repérer les réflexes types du jaloux, pour apprendre à les anticiper, à les canaliser et à mieux les vivre. Voire même à en tirer un petit "profit", en les prenant presque pour un compliment, ou pour un indice de bonne fortune... Voyons voir:
1. La jalousie amoureuse
Cette jalousie-là doit être décodée, car devant la phrase du jaloux, on comprend souvent une critique directe, alors que la réalité est mieux cachée...
- "Tu as l'intention de sortir habillée comme ça?"= ta tenue est indécente et racolleuse
= en réalité: tu vas attirer tous les regards dans la rue et je ne gère pas du tout.
- "Tu te maquilles beaucoup dis-moi pour travailler"= c'est sur le trottoir que tu travailles?
= en réalité: tu te maquilles pour un collègue? tu me trompes?
- "Je trouve cette fille sans gêne, c'est fou ce qu'elle est tactile avec les gens qu'elle ne connaît pas"= cette fille n'a pas d'éducation, tes amies sont décidemment bizarres
= en réalité: elle te colle une minute de plus, c'est moi qui lui en colle une!
- "Reste à la maison avec moi, je me sens délaissée"= tu n'es pas attentif et je suis malheureuse, j'assume tout toute seule"
= en réalité: tu pars trop souvent, je n'aime pas savoir que tu peux être mieux ailleurs qu'avec moi. Je veux être la seule.
Le jaloux amoureux va user de reproches ou de remarques parfois désobligeantes pour mieux vous garder à sa merci. Il va tenter de vous faire culpabiliser, d'une façon parfois savamment détournée, afin de vous garder tout à lui. La peur du jaloux, c'est la peur de l'abandon, mais aussi de la comparaison: il ne veut pas perdre dans un duel qui causerait sa perte.
Sa seule solution: écarter le danger, vous forcer à ne pas croiser la tentation. Efficace un moment, sa technique est pourtant vaine, et lui est même souvent fatale. Car à trop enfermer et retenir l'amour de quelqu'un, à trop vouloir lui mettre des oeillères, son envie de voir le monde n'en sera que décuplée. Et cela vaut pour les hommes comme pour les femmes.
2. La jalousie en amitié
- "Elle est un peu expansive ta pote Marie, non?" (dixit votre super pote Julie)
- "On se voit plus depuis que t'as changé de boulot"
- "T'as changé depuis que t'es amie avec ces gens"
- "C'est vrai ce que les gens disent, on se ressemble, mais je suis plus grande quoi..."
- "T'en as vraiment plus que pour ton mec"
- "T'as vu les superbes photos de nous à la soirée, je les ai mises sur Facebook" (oui, tu n'as mis que celles où j'ai l'air débile, où j'ai le flash sur le front et où toi tu ressembles plus à Gwyneth Paltrow)
La jalousie en amitié se rapproche finalement beaucoup de la jalousie en amour. La peur de l'abandon, la recherche d'une relation exclusive et fusionnelle. Ce que nous recherchions à quinze ans en amitié, beaucoup d'entre nous y avons renoncé, parce que nous sommes saines d'esprit et que nous savons pertinemment les dangers que cela comporte.
Comme l'amour, l'amitié se nourrit de l'enrichissement de l'autre, et des autres. Elle ne se suffit pas à elle-même, elle meurt si on l'étouffe. L'amitié adulte, aussi intense soit-elle, se doit d'avoir ses garde-fous, ses limites. La destruction de la vie sociale de l'autre en est une. Et démonter la personnalité d'un adversaire, c'est l'évincer d'une façon trop tordue pour être tolérée.
La seule solution: le halte-là! Dit gentiment, mais signifié clairement, le message peut-être diplomate: "Ecoute, j'adore ces moments passés ensemble, mais oui, j'aime aussi passer du temps avec Marie/Caroline/Sarah/mon mec/mes soeurs. Je suppose que tu comprends. Toi aussi tu as tes amis de ton côté, non?"
Quant aux copines assassines, celles qui ont le petit mot pour vous casser un tantinet, mais toujours discrètement, faites tout bonnement abstraction de leurs remarques. Certains amis ne savent pas porter de gants, d'autres ont besoin de se servir de leur voisin comme marche-pied ou faire valoir. Ces derniers ne sont alors pas de vrais amis. Et ne méritent pas que vous vous attardiez sur leur avis.
3. La jalousie matérielle
- "Ah évidemment, toi tu as toujours le GSM le plus hi-tech qui soit"
- "Toi et le bling bling, ça ne fait qu'un hein!"
- "Etant donné que tu es le mieux vu par le boss, j'imagine que c'est toi qui vas rafler le prix de l'employé du mois"
- "On venait juste manger chez vous tout simplement, pas besoin d'en faire des tonnes tu sais"
- "Ah ça, facile à dire quand on est pas dans le besoin"
- "Eh bien, dis donc, y en a qui ne se privent pas!"
La jalousie pécuniaire et sans doute la plus facile à repérer, et à tackler. Celle-là, on la gère pas trop mal. Déjà parce qu'en général, elle est propre aux gens auxquels on ne tient pas particulièrement. Voilà qui aide à être indifférent. Et puis parce qu'elle ne porte pas sur nous directement, mais sur une situation ou un contexte. La propriété matérielle ne nous définit pas, donc on se sent tout de suite moins attaqué personnellement.
Puis on pourrait presque comprendre, quand c'est justifié, et que l'on part pour la troisième fois en city trip sur l'année avec Chouchou alors que notre collègue Martine rame pour joindre les deux bouts et nourrir trois enfants adoptés, par exemple. On serait même les premiers à ne pas faire étalage de notre chance, histoire de ne pas filer le bourdon à ceux qui ont moins de veine.
Ce qui par contre est insupportable, c'est la jalousie de ceux qui n'en touchent pas une et qui critiquent vertement ce qu'on a difficilement récolté, à force de courage et de travail. Ces gens-là ont du mal à comprendre la notion de mérite et d'effort, et ont en tout cas d'énormes difficultés à se réjouir du bonheur des autres. Cette jalousie-là et vile mais indigne d'intérêt, et ne doit déclencher en vous qu'un élan de pitié, plutôt que de vous blesser.
4. La jalousie physique
- "Elle est peut-être jolie mais qu'est-ce qu'elle est bête/vulgaire/désagréable/prétentieuse" (oui enfin, elle est surtout vraiment belle, et pas jolie)
- "Moi je suis désolée mais les grosses poitrines, non merci, ça affine pas la silhouette" (si vous faîtes un 95C, ça fait toujours plaisir)
- "Tu mets du vert olive toi maintenant? Ah, bizarre..." (oui, c'est un nouveau pull sur lequel tout le monde me complimente figure-toi)
- "Tu pèles sur le nez" (tu peux aussi me noter que j'ai un sublime bronzage des Bahamas, éventuellement)
- "..." (oui j'ai perdu 12 kilos, je reviens de vacances et ma nouvelle coupe de cheveux me va à ravir, merci!)
Ahhh mesquinerie, quand tu nous tiens! Typiquement féminin, et tellement ancré dans notre quotidien qu'on n'y prendrait même plus garde, si ça ne nous exaspérait pas autant! Une pointe de jalousie bien placée, entre copines, envers une biche qui passe, c'est de bonne guerre. Elle avait qu'à pas parader avec sa chevelure de sirène et ses fesses de mite au régime devant nous, d'abord.
Quand c'est dirigé sur nous, et qui plus est par une connaissance, c'est de suite moins drôle. Et ça nous pique souvent au vif, quand notre coeur ne se décompose pas en petits morceaux. Et pourtant, très chères, 7sur7 vous conseille de tout simplement inverser la tendance. Pas un mot gentil sur vos nouvelles bottes Louboutin? Normal, c'est parce qu'elles sont à tomber, pas parce qu'on rit de vous. Le silence est parfois très très éloquent.
La jalouse a besoin de diminuer ce qui lui paraît trop évident aux yeux de tous, et qui donc lui fait de l'ombre. Et en se risquant à la critique ou à la remarque désobligeante, elle se grille toute seule. Vous complimenter? Trop dur, pour elle. La pauvre ne peut s'empêcher de commenter ce qu'elle voit, c'est plus fort qu'elle, mais en dire quelque chose de positif serait trop lui demander. Mais même si elle vous adresse une critique, vous savez que c'est une marque d'intérêt et définitivement, venant d'elle, plutôt bon signe! (Car vous, vous êtes encore en mesure de lui reconnaître beaucoup de style et de bon goût...)
4. Vous en voulez encore?
On pourrait encore énumérer les petites jalousies qui hantent notre ciel bleu pendant des heures. En famille, les "C'est toujours tout en fonction de tes caprices ici, Papa et Maman n'en ont que pour toi, depuis toujours!", "Tu sais bien que t'es la chouchoute de Mamie hein", "Evidemment, de nous deux, c'est toi qui a eu la peau mate et le corps de Monica Bellucci", "Je suis le vilain petit canard de la famille", etc... On ne connaît que ça. Au boulot, il y a les collègues qui ne vous félicitent jamais pour le travail bien fait. Partout, il y a ceux qui se plaisent à ridiculiser quiconque qui risquerait de détourner l'attention. Et même entre potes. Car on en a entendu des "Attends, t'as rien foutu de ton année et tu as une distinction c'est dégueulasse!" et des "Ah c'est lui l'élu de ton coeur? Il a l'air un peu bête quand il sourit, non?" ou des "Il te plaît? Ah parce qu'il n'ar-rête pas de me regarder..." Oh oui, c'est par milliers, et par coeur, qu'on les connaît, ces petites sentences délicates.
C'est sans doute le propre de l'homme, quand les temps sont durs, d'en vouloir à la terre entière s'il n'est pas comblé dans sa vie sociale, familiale, professionnelle, amoureuse, ou juste pas bien dans sa peau... Mais il ne vous appartient pas de porter la croix du monde sur vos épuales non plus. Vous avez eu un coup de chance pour décrocher un job? Tant mieux! Vous avez des jambes à faire pâlir Adriana Karembeu? Montrez-les! N'en déplaise aux grincheux et à ceux qui font des comptes d'apothicaire et qui économisent comme des cents leurs compliments... Arrêtez de culpabiliser, profitez et ne vous laissez pas miner. Sachez qu'il y en a au moins quelques uns qui sont contents pour vous. Qui? Eh bien nous ! ( Source 7sur7.be )



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par carla
posté le 16 juin à 20:07
Signaler un abus

pour la jalousie physique, rajoutez aussi " c'est une pute " c'est ce que l'on dit le plus quand une fille est sexy !

A propos de l’auteur


Dakeyne 294 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte