Magazine Société

Démographie : le péri-urbain gagne des habitants

Publié le 16 mars 2009 par Philauvergne @Philauvergne

Aujourd’hui, les habitants vivent de plus en plus loin des centre-villes. La croissance récente de la population auvergnate se diffuse sur le territoire. Entre 1999 et 2006, la population a augmenté dans 63 % des intercommunalités.
Ce dynamisme démographique est soutenu par l’étalement urbain. Les groupements de communes en milieu périurbain bénéficient de la plus forte attractivité et enregistrent les plus gros gains de population au détriment des grandes agglomérations. Les groupements de communes auvergnats centrés sur un pôle urbain perdent en effet de la population ou connaissent une croissance faible.
Le renouveau des intercommunalités rurales reste contrasté. Lorsqu’elles sont situées sur les grands axes de communication, les intercommunalités profitent aussi des mouvements de périurbanisation et gagnent de la population. En revanche, dans les zones de montagne, la situation démographique est plus fragile.

Les communautés de communes les plus dynamiques entre 1999 et 2006 sont :

  • CC de Couze Val d’Allier
  • CC de Mur es Allier
  • CC de vallée du Jauron
  • CC de Rochebaron à Chalençon
  • CC de Limages d’Ennezat
  • CC puys et Couzes

Les communes rurales en périphérie des grandes agglomérations tirent profit du desserrement urbain et connaissent les plus fortes hausses de population.

Entre 1999 et 2006, les 22 communautés de communes dont la commune la plus peuplée appartient à une couronne périurbaine connaissent toutes une nette amélioration de leur dynamisme démographique. Ensemble, elles gagnent 17 400 habitants en sept ans, soit les deux tiers de la croissance régionale.

c’est la proximité des grandes villes, des grands axes de communication et des loyers moins élevés qui permettent ce développement.

Les grandes villes :

En ce qui concerne les centre-urbains (Clermont-Fd, Vichy, Aurillac, Montluçon, Le puy en velay, …), le dynanisme est plus faible.

Les communautés de communes en baisse

les zones de montagnes continuent de connaître l’exode.

Dans les massifs du Cantal, de l’Artense, du Sancy, de la Margeride ou du Forez, 19 intercommunalités, regroupant près de 118 000 Auvergnats, ne connaissent pas un regain attractif sur la période récente. En moyenne, la baisse annuelle de population qu’elles subissent depuis 1999 (- 0,6 %) est de même ampleur que celle constatée au cours des vingt années précédentes (- 0,7 %).

En revanche, dans les massifs des Combrailles, du Cézallier, du Livradois ainsi que dans le bocage Bourbonnais, 18 autres intercommunalités regroupant 116 600 habitants ont réussi à inverser la tendance au déficit migratoire. Ainsi, même si elles subissent encore un déficit naturel, elles ont sensiblement infléchi leur baisse de population. Le  rythme de décroissance de leur population (- 0,5 % annuellement de 1999 à 2006) est deux fois moins prononcé que celui comptabilisé de 1982 à 1999.

Plus d’informations et le dossier complet sur le site de l’INSEE : cliquez-ici

Source : INSEE


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philauvergne 7189 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine