Magazine Société

Harkis, souffrances auxquels l'Etat a tant tardé…

Publié le 16 mars 2009 par Harki45

Harkis, souffrances auxquels l'Etat a tant tardé…

Harkis, souffrances auxquels l'Etat a tant tardé…

l'Etat a tant tardé à accorder sa reconnaissance envers les harkis. Aujourd’hui, pour prendre en charge l'épineuse question des harkis, et pour faire avancer les multiples dossiers restés trop longtemps sans réponse, notamment celui d’une véritable indemnisation et non saucissonnée, il faudrait convier les vrais concernés.

Reconnaissons-le : seul une réforme d'envergure peut cicatriser les plaies. Tous ces débats à l'Assemblée n’ont véritablement pas constitués le moyen de témoigner une reconnaissance totale du préjudisme morale et tout particulièrement matériel aux harkis. En effet, on peut considérer que l’indemnité à avoisinée les 55000 euros sur 47 ans soit 97 euros par mois. Peut-on dire qu’à cet effet que la France a véritablement  apporté une contribution essentielle aux harkis à leur développement dans tous les domaines ?

Aujourd'hui, il est donc indispensable d'accomplir un travail à destination des générations nées mineurs pendant les évènements qui ont connu l'atrocité de ces huit années de guerre civile, où la population a été la cible privilégiée du terrorisme, qui ont connu les conditions dramatiques de l'exode. Car aujourd'hui encore, les harkis et plus particulièrement leurs enfants attendent que justice leur soit rendue. C'est un devoir de parlementaires, comme c'est un devoir pour le Gouvernement, de faire en sorte que la nation reconnaisse à juste titre, comme elle a commencé à le faire timidement ces dernières années, les sacrifices qu'elle leur a imposés.

Les harkis attendent aussi qu'elle assume enfin pleinement sa responsabilité et répare les torts qu'elle leur a causés ou qu'elle a laissé leur porter sans les protéger. Aujourd’hui, il est en revanche établi pour reconnaître que les conditions dans lesquelles l'indépendance a été accordée ont gravement lésé les harkis. Après le cessez-le-feu, le sang n'a cessé de couler. Les victimes après le 19 mars sont encore dans les mémoires, car, faute de réparation, le deuil de cette tragédie n'a pu encore être fait. Dans une totale improvisation, la France n'a pas réussi à protéger les harkis des enlèvements ni des massacres. N'a-t-elle pas sacrifié les harkis à la raison d'Etat ? La question, certes dérangeante, mérite d'être posée.

Nous prenons compte de la loi du 23 février 2005 qui sur le sujet de l'indemnisation des harkis a manqué d'audace. Si l'introduction se voulait porteuse d'espoir, la suite a déçu les harkis. Je suis convaincu que l'indemnisation matérielle des harkis a, dans l'ensemble, été mise en place d'une manière fragmentaire, alors que le rapport effectué par Monsieur Poisson était plus porteur. Je rappelle à ce titre que, selon des experts, les trois premières lois d'indemnisation n'auraient couvert que 25 % environ des différents préjudices subis par les rapatriés. De surcroît, ces lois ont institué des régimes d'indemnisation multiples et complexes, en particulier la dernière qui était une atteinte aux droits humains, à savoir calculer son espérance de vie. Tous le monde vous dira : les procédures y sont longues et parfois ardues, et la frontière entre ceux qui ont droit à une réparation et ceux qui n'y ont pas droit n'apparaît pas toujours logique et raisonnable.

Comment s'étonner de la déception des harkis ? Il est de fait que, dans la période actuelle, les contraintes budgétaires sont fortes et plus en période de crise. Cependant, il faut prendre en compte les promesses du Président de la République. A cet égard, j’attire l'attention du Gouvernement sur le fait que les associations de harkis veulent que la question de l'indemnisation soit réglée une bonne fois pour toutes. C'est en effet un solde de tout compte que les harkis attendent. Nous ne voulons une indemnisation cyclique et que les parlementaires ont à voter dans les prochaines années une nouvelle loi pour compenser les carences et les insuffisances qui ne font que dessiner aujourd'hui les contours. C'est pourquoi nous ne cautionnerons ni les demi-mesures, ni les indemnités au rabais.

Certes, le devoir de mémoire dans la loi du 23 février contient un certain nombre de mesures positives. Mais la communauté harkie demandent depuis longtemps une mesure juste qui permettra de corriger les biens dépossédés en Algérie. Cependant, d'une manière générale, la loi du 23 février 2005 reste insuffisante pour les harkis. Le rétablissement de la vérité historique n'apparaît pas suffisamment, tandis que les propositions en matière d'indemnisation restent crayonnés.

Enfin, les attentes des harkis concernant les événements les plus poignants de l'après 19 mars ne sont évoquées que sous forme allusive, qui ne fait l'objet que d'une avancée fort timide. Par ailleurs, au-delà de la dette matérielle dont la France doit s'acquitter à l'encontre des rapatriés, il est bien évidemment indispensable de rappeler la dette de sang que la République a contracté à l'égard la communauté harkie. Je voudrais, à cet égard, revenir sur l'indignation de certains quand le président algérien Bouteflika, en visite en France, avait osé traiter les harkis de « collabos ». Cela a été une attaque méprisable contre les harkis, mais aussi contre tout le peuple français, puisque les harkis appartiennent à la communauté nationale.

Nous espérons du moins que depuis, il y a eu une évolution de la politique algérienne sur ce point. Il faut respecter la mémoire de tous, nous en sommes convaincus, et ce n'est qu'à cette condition que nous pourrons construire une société apaisée, plus fraternelle. Et, respecter la mémoire, c'est aussi s'acquitter, enfin, de cette dette de sang. C'est pourquoi qu'un effort financier important doit être consacré aux harkis. L'allocation d'un capital de 20 000 euros en faveur de chaque harki est insuffisant car il ne faut pas oublier les 30 années d'errance, de souffrance et d'exclusion que les harkis ont endurées dans un pays qui aurait dû, au contraire, leur tendre les mains.

C'est pourquoi, afin que la dette soit effacée de manière définitive, nous demandons un complément de revalorisation de ce capital en prenant compte le fait que la plupart des harkis ont plus de soixante-dix ans. Il est temps de surcroît de songer, à indemniser la deuxième génération à un dispositif efficace qui lui permette de s'intégrer pleinement dans notre société en accédant à la propriété.

Pour conclure sur la cause des combattants supplétifs, nous souhaitons évoquer un sujet qui nous tiennent à cœur, la situation des supplétifs de souche européenne. A ceux-là, les frères d’armes de nos parents, qui comme les musulmans, se sont engagés volontairement sous contrat précaire dans les formations supplétives pour y effectuer des missions extrêmement périlleuses, au service de la nation, on leur refuse le bénéfice de l'allocation de reconnaissance. Comme leurs frères musulmans, les supplétifs de souche européenne ont, pour beaucoup d'entre eux, payé de leur vie cet engagement aux côtés de l'armée française. Eux aussi ont été la cible des massacres d'après-guerre et ont connu un exil douloureux suivi d'une intégration difficile en métropole. Eux aussi, ont droit, car ceci serait contraire au principe constitutionnel fondamental d'égalité entre les citoyens. Aujourd'hui,  le Gouvernement doit rendre justice à cette communauté, d’environ 300 personnes, car elles méritent la reconnaissance de la France.

Si ce texte a eu le mérite de permettre de nous exprimer, il n'y aura cependant ni des avancées ni de mesures concrètes. Or, c'est comme cela que nous pouvons faire bouger les lignes des pouvoirs publics. C'est pourquoi nous espérons que le Gouvernement va annoncer un calendrier de mesures tendant à mettre un terme à cette attente qui ne peut se prolonger davantage. Les harkis, eux, n'ont pas attendu ou choisi pour mettre, dès leur retour en métropole, leur amour de la patrie, leur travail, leurs talents, au service de la France. Au nom de la reconnaissance due et au nom de la justice, nous vous demandons solennellement de répondre à ces demandes en souffrance, afin de pouvoir refermer ce douloureux dossier, et laisser enfin l'histoire faire son oeuvre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Harki45 1604 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte