Magazine Caricatures

Urgence signalée

Publié le 16 mars 2009 par Libracteurs
LIBR’ACTEURS a été fondée, pour rendre le citoyen acteur de son destin, et pour régénérer le fonctionnement démocratique de ce pays.
Lors de notre dernière Assemblée Générale, répondant en cela à la demande de membres et sympathisants nous avons convenu de mettre en ligne, chaque fin de semaine, un petit billet, sur l’actualité, lue à l’aune de notre veille première : Une démocratie rénovée, par la fin du cumul de certains mandats et une réorganisation courageuse de nos collectivités locales et territoriales.
Pour ce premier billet de l’espèce, j’aurai pu vous parler, du coup de force « PEROL » , de la dérive atlantiste par OTAN interposé, ou de la preuve de l’impuissance du politique, à partir des plans sociaux de TOTAL ou de CONTINENTAL
Mais il y a plus grave, beaucoup plus grave, jugez-en !
Nous découvrons, avec d’autres, que dans les plis touffus du projet de loi de programmation militaire 2009/2014, en son chapitre VI intitulé « DISPOSITIONS RELATIVES AU SECRET DE LA DEFENSE NATIONALE » , se cache ni plus ni moins qu’une formidable extension du champ du trop célèbre SECRET DEFENSE.
Vous savez cette classification, qui a laissé dans les nimbes du doute et dans ceux de l’impunité les complices de l’assassinat de M.BEN BARKA, ou au plan plus matériel, les heureux bénéficiaires de différentes commissions occultes type FREGATES de TAIWAN
En son état, ce projet de loi qui est dans sa phase ultime, ouvre la porte à toutes les manipulations et à toutes les dérives.
L’exposé des motifs vaut son pesant de cacahouètes :
« Eviter des atteintes au secret de la défense nationale, résultant de la prise de connaissance d’éléments classifiés, par un magistrat ou un enquêteur n’ayant pas qualité à en connaître ». Que cela est joliment rédigé, en gros cela veut dire que ces juges d’instructions que l’on veut supprimer, ne sont pas fiables, qu’ils laissent les vrais responsables entre eux.
On apprend ainsi que la matière CLASSIFIEE SECRET DEFENSE va être étendue, mais que les lieux et acteurs associés seront également CLASSIFIES. Sans rire, demain EADS, DASSAULT et pourquoi pas DISNEY WORLD pourront être classifiés et donc non susceptibles d’être investigués !!
Cette affaire, comme le fichier EDVIGE, comme l’Affaire PEROL, est grave sur la forme et le fonds. Sur la forme, c’est une nouvelle tentative de passer en catimini, on connaissait les cavaliers budgétaires et législatifs, il faut maintenant surveiller les DRONES. Sur le fonds, c’est une nouvelle entorse au fonctionnement démocratique et transparent de notre pays.
Richard HASSELMANN
Crédits et copyrights
Marianne2
Le Monde
AFP
Agoravox
Le Figaro
Wikipedia
Copyright Montage
Karine Villard

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Libracteurs 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte