Magazine

Challenge ABC 2009 : C

Publié le 17 mars 2009 par Gsand1804
cusset.jpg C'est dans le RER qui m'amène au Salon du Livre, que j'ai lu les dernières pages du roman de
Catherine Cusset : Le Problème avec Jane, paru en septembre 1999, chez Gallimard
Depuis longtemps j'entendais de très bonnes critiques sur ce roman. Pivoine, qui l'a lu dans le même contexte que moi, en a fait une critique là, à la date du 7 janvier 2009.
J'ai donc commencé ce roman avec appétit:
L'Histoire:
Jane, professeur d'université non titularisée, vit à New York. Un matin, alors qu'elle attend des nouvelles d'un certain Alex, elle trouve devant sa boîte aux lettres, un gros paquet! Intriguée, elle remonte chez elle et découvre le manuscrit d'un roman intitulé : Le Problème avec Jane ! Elle commence la lecture et se rend très vite compte que ce roman raconte sa propre vie. Mais aucune carte, aucun mot pour lui expliquer qui l'a écrit et pourquoi...
Légère Analyse :
Le roman est un deux en un : d'une part on lit avec Jane le manuscrit, puis, par moment, quelques intermèdes permettent de revenir au temps de la lecture, aux pensées de la Jane lisant...
Comme pour le roman de Wolkenstein L'Excuse, il y a également dans ce roman une magnifique mise en abîme : le lecteur lit un livre qui s'intitule Le Problème avec Jane tandis que le personnage de ce roman lit également un roman qui s'intitule Le Problème avec Jane... technique narrative assez remarquable même si elle n'est pas très nouvelle puisque Gide dans Les Faux Monnayeurs l'utilisait déjà en 1925, en mettant en scène, dans son roman, un romancier écrivant un roman intitulé Les Faux-monnayeurs ... vous voyez ce que je veux dire.
Le roman raconte donc les péripéties amoureuses du personnage, les aléas d'une carrière de prof en université (les séductions entre prof, les rejets d'articles ou de manuscrits, les participations aux colloques....), et se dessine finalement assez difficilement le caractère de cette Jane.
Mon Avis:
Difficile donc de cerner ce personnage qui est tantôt attachant tantôt franchement insupportable avec ses hésitations, ses remises en question. Catherine Cusset ne crée pas un personnage lisse, au contraire, Jane évolue à travers son roman mais aussi au cours de sa lecture et c'est sans doute, la double transformation de ce personnage qui m'a le plus plu.
Les chapitres s'enchaînent, on se laisse immanquablement prendre à toutes ses péripéties et l'univers universitaire décrit est pour moi un charme supplémentaire. La description de ce milieu est précise et sans concession et me rappelle cet autre roman de Wolkenstein Le Colloque amoureux.
Un petit bémol cependant, outre le plaisir de la lecture et la volonté de savoir qui a écrit ce manuscrit, l'histoire finit par tournée un peu en rond... on a la sensation qu'elle pourrait durer à l'infini et c'est finalement la résolution du mystère qui met un terme à l'histoire mais on sent bien que Cusset aurait pu continuer ainsi sur des centaines de pages!
Enfin, le happy end me paraît superflu et peu pertinent, légèrement conventionnel ce qui gâche un peu la chute!
En résumé :
Un roman qui se lit avec plaisir et intérêt. Un style qui dévoile chez l'auteur une vocation littéraire qui se perçoit dans les techniques narratives utilisées, je ne peux donc que vous le recommander !
bon-point.jpg
NOTE :  8 / 10

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gsand1804 29 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte