Magazine Insolite

Les phénomènes en vogue sur internet

Publié le 17 mars 2009 par Chantal Doumont

les phénomènes en vogue sur internet

La galaxie internet est en perpétuelle ébullition. Quelles sont les dernières tendances observées par les spécialistes ?

«La prochaine révolution sur internet, ce sont les sites de co-création musicale, prévoit Gilles Misrahi, fondateur de l’agence parisienne Lipdubz. Des musiciens du monde entier joueront ensemble par le biais de sites spécialisés, comme MixMatchMusic. Aux États-Unis et au Canada, ce sont les plus grosses courbes d’adoption sur myspace. Un site français, Didooda, sortira en juin. »

Présent jeudi à Montbéliard, à l’occasion du tournage du lipdub de l’IUT de Belfort-Montbéliard (lire l’encadré ci-contre), Gilles Misrahi suit de près les phénomènes en vogue sur le web. Il a repéré une autre nouveauté directement liée à la musique : pouvoir créer sa propre radio sur des sites comme Goom Radio.

Mais en ce moment, c’est un autre secteur qui est en train de fédérer un maximum d’internautes. « Une grosse tendance aujourd’hui, ce sont les médias d’urgence comme Twitter, indique Gilles Misrahi. Avec son téléphone, on envoie de l’information à 500 contacts, qui eux-mêmes peuvent la faire suivre. Le massacre commis en Allemagne a été annoncé en 10 minutes par ce biais. »

Dans le même domaine, les agrégateurs d’informations ont la cote. « Toutes sortes de sources convergent sur un sujet. Sur Digg, les utilisateurs votent pour les infos, ce qui permet de les faire remonter, de les classer. C’est un des gros succès à venir. »

Le phénomène des rassemblements sociaux sur la toile fait régulièrement apparaître des idées surprenantes.

La Journée sans pantalon

Sur Facebook, un groupe rassemble déjà plus de 2000 personnes souhaitant participer au premier No Pants Day à Paris, en mai. Le principe : se retrouver dans un lieu public sans pantalon, ni robe ou jupe. Pourquoi ? « Parce que l’on est tous de grands enfants, parce qu’il faut marquer le retour des beaux jours, explique l’instigateur du projet. Mais surtout parce que cela ne rime à rien, que c’est un acte gratuit et que pour contrer la crise, il est indispensable de se sentir léger. »

Même si l’intérêt est limité, « les médias courent après ce genre d’événements, les gens se filment et on retrouve les images sur internet », commente Gilles Misrahi.

C’est le cas aussi lors des « flash mobs », des « mobilisations éclair » initiées sur la toile. « On s’inscrit sur un site et un jour, on reçoit un message qui nous donne rendez-vous à une heure très précise dans un lieu donné. Là, on reçoit un papier avec des consignes. Par exemple, 2000 personnes se sont retrouvées un jour au jardin des Tuileries pour vider une fontaine à l’aide de gobelets. C’est une manière de se rassembler, mais c’est aussi un acte créatif. »

Les mondes virtuels se développent aussi, dans le sillage du plus célèbre d’entre eux, Second Life. « Les enfants et les pré-adolescents s’y retrouvent et créent leur avatar dans un univers personnel très fouillé, observe Gilles Misrahi. Ils peuvent acheter des vêtements, des accessoires ; ça brasse beaucoup d’argent. » L’intérêt est discutable, mais le phénomène est bien réel.

Guillaume Minaux

lepays.fr


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chantal Doumont 719 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines