Magazine

“Il va faire tout Noir” RRRrrr HADOPI

Publié le 17 mars 2009 par Naya

eniacé Niac! Retour à l’age de pire pierre (Pierre? Pierre n’est pas venu aujourd’hui?) avec cette loi qui tend à filtrer l’accès à internet et n’autoriser que certains sites. Pour protester contre cette loi arriérée et sa « liste blanche » de sites autorisés, le Net français doit agir et se draper de noir.

La motive Black Out est lancée par la Quatrature du net.
Cette opération est un hommage à une opération similaire menée en Nouvelle-Zélande contre une loi similaire, votée en douce.

Il y a aussi L’appel de SVM contre la future loi Création et Internet (Highscore du moment: 45960) a signer.
Autre collectif engagé le Réseaux des pirates.

“Il va faire tout Noir” RRRrrr HADOPI

Nous sommes des millions, ils font de nous des pirates.
Je prends le parti des pirates.
Ils sont, nous sommes, des millions, en France, chaque jour à échanger des oeuvres: des tubes, des films à la mode, mais aussi des films et des disques rares, introuvables, des œuvres oubliées ou «tombées» dans le domaine public.

Ces pratiques sont là pour durer. Elles sont inscrites dans la révolution numérique.
Les tentatives d’interdire les échanges sur Internet - par l’intimidation ou par le filtrage - sont vaines.
Leur coût en termes de libertés publiques est inacceptable.
Cantonnées dans la clandestinité, ces pratiques de partage ne donnent pas, il est vrai, le meilleur d’elles-mêmes.
C’est au grand jour qu’elles révéleront toutes leurs potentialités.

Il est grand temps de reconnaître ces pratiques. De cesser cette guerre contre le public et la jeunesse.
En attendant ce jour, je prends le parti des pirates.

A lire :
Le compte rendu de l’enquête l’UFC QUE CHOISIR

Extrait :

Synthèse des constats de l’UFC-Que Choisir
1. Un projet de loi répressif et potentiellement liberticide
2. Un projet déjà obsolète
3. Aucune proposition concrète pour améliorer l’offre légale
4. La création et les artistes ne sont pas en danger

Résumé des propositions de l’UFC-Que choisir
1. Créer une « contribution créative »
2. Encadrer le marché de gros (les catalogues)
3. La licence collective étendue : une alternative pour libérer les catalogues
4. Rationnaliser les organismes de perception
5. Développer les outils permettant une rémunération plus juste des artistes

De façon plus exaustive : la revue de presse sur Hadopi.

Pour approfondir :
Philippe Aigrain, auteur de « Cause commune : l’information entre bien commun et propriété».

pirates


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Naya 45 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte