Magazine

Terreur

Publié le 17 mars 2009 par Lephauste

Nous sommes sommés en ce moment de nous exprimer sur la réintégration de la France au sein, le joli mot, du commandement intégré de l'OTAN. Nous réintégrons l'intégré, en quelque sorte. Sommés n'est pas le mot juste, nous exprimer non plus puisqu'en réalité, en tant que peuple infantile et tout juste bon à fournir à la presse des faits-divers désintégrateurs de sociétés, on se garde bien de nous demander ce qu'entre deux impulsions lâches de l'électro-encéphalogramme plat, nous pourrions penser d'un tel ralliement. Et pourtant la France à l'instar de tous les pays dont l'opulente civilisation est basée sur le colonialisme, se doit de se souvenir qu'il n'y a pas d'armée coloniale sans ses régiments de suplétifs. Ces troupes levées sur les populations qui n'ont d'autres recours que de se ranger aux côtés du plus fort et par conséquent de se faire haïr par tous les camps. Pour mémoire, la France n'a pas gagné ses guerres sans qu'ils soient là, ces dépenaillés, sous armés, traités en sous-produits humains. En cela nous n'avons rien appris de monsieur Hitler et de ses concepts concernant les "sous-hommes", voir les zoo humains des grandes expositions coloniales. Peut-être même l'avons nous un peu inspiré, l'Adolphe, notre cousin germain.

Peuple français, peuple de résistants, tu t'offusquerais de ce que je dis ? C'est que tu as les yeux  chassieux quand il s'agit de les ouvrir sur ta réalité. Il suffit de se souvenir de l'équipe du film consacré à ces troupes de "Nord af' " qu'on envoya débarquer en Provence et mourir en nombre à Monte Cassino, reprendre en choeur : C'est nous les africains qui revenons de loin !" et de l'émotion préfabriquée que cela suscita dans le public pour s'éviter l'hypocrisie des comémorations frelâtées. Et revenir à notre sujet d'actualité.

Les états unis sont et restent quelque soit l'administration en place le grand pays colonisateur de ce début de rien qu'est le XXIe siècle. Je sais il fait beau, parlons des jonquilles, de celles qui poussent loin des champs de mines et qui ne fleurissent pas les moignons des enfants massacrés à Gaza. Gaza est-elle pacifiée ? La palestine est-elle enfin sionistement correcte ? C'est à qui le tour d'aller se lamenter au pied du mur de ... non pas de Berlin, ni non plus de celui de Tijuana. L'Amérique, notre grande soeur en banqueroute n'a plus d'alternative industrielle que la guerre de conquête et comme c'est bien triste de conquérir seul, surtout quand la cause et les mots pour la dire ont été retournés comme peau de lapin, s'adjoint dans ses opérations "mains sales" un certains nombres de pays des quels la France avait choisis de s'écarter sur ce sujet. De Gaulle, ça fait mal au cul de rappeler pour mémoire la dépouille d'un général mort. Désolé mais je n'avais plus de dépouille de général vivant en stock. Pourtant l'uniforme pullule. De G... donc nous avait courtoisement expliqué pourquoi la France forte de sa diplomatie pouvait s'éviter au titre de la dette d'honneur contractée auprès des Russes, dans les années Quarante ... Des Russes ? Faites excuses c'était de nos frères du Wyoming dont je voulais parler. Il ferait beau voir que nous devions notre liberté à ces salauds de comunisss. Je digresse, ma langue est ogresse trop ? Mais j'aime moi encore un peu la liberté que prennent les mots sans laisse. Non l'OTAN, voyez vous, on préfèrerait pas ! Sans vouloir vous vexer, naturellement, amis du Texas, cousins du KKK, frères WASP, Blancs comme Barak.

Mais là l'affaire est sérieuse. Laisserons nous nous filer sous le nez les gros contrats ? Que sont quelques chômeurs, vite élevés sous la mère patrie de l'industrie guerrière. Quelques petits cadavres qui se rêvaient heureux et qui feront très bien pour meubler les après midi de la cour d'honneur des invalides. Allons enfants de l'industrie ! Réintégrons ! Les ouvriers piaffent d'impatience à la porte des usines EADS, les carnets de commandes vrombissent d'hélicoptères de combat, la grande muette, cette armée de métier dont plus personne ne s'étonne, professionalisée qu'elle est, qu'elle ne soit plus l'armée de la république et qu'elle patrouille dans les rues des villes en nous toisant du haut de ses armes chargées. Réintégrons puisque c'est le prix à payer en vue de l'atomisation des franges crasseuses de l'Orient. Il n'est que de les voir aux actualités, ces "arabes" parmi lesquels sont quelques Perses (papa c'est quoi un Perse ? Presque plus rien chéri, finis ton hachis palestinien maintenant!) pour mesurer la haine vindicative et meurtrière, la Talibanite aiguë, contre laquelle il nous faut lutter, au nom de la civilisation du centre commercial le plus proche.

La France devient, ne vous en déplaise, par son peuple désespérément aphone, un de ces pays où lever des troupes de suplétifs relève de l'acte citoyen basique. Cette citoyenneté dont je ne me souviens plus très bien de ce qu'on en disait, quand j'étais à l'école et que je rêvais aux jonquilles ce pendant qu'honnêtement le maître tentait de nous enseigner des valeurs qui à présent s'échangent en bourse.

Réintégrons puisque de toutes les façons nous voila bientôt tout à fait désintégrés. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lephauste 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte