Magazine Focus Emploi

Les jeux vidéo se vendent en pièces détachées

Publié le 17 mars 2009 par Jérémy Dumont
Ce nouveau phénomène s'appelle "l'item selling"
A la base, le jeu est gratuit, mais pour le développer et l'enrichir, le joueur doit acheter des petits objets à l'unité. Un modèle économique qui est en train d'exploser en Asie.
EXTRIT AUDIO
Dossier d'Anthony Morel sur le phénomène de l'item selling dans le marché des jeux vidéos, diffusé le 17 mars 2009 sur BFM.

Le développement de "l'item selling" est lié au boom de jeux vidéos gratuits sur Internet : le "free to play". Le joueur n'a au départ rien à payer pour jouer. Mais s'il souhaite habiller son avatar virtuel d'un pantalon à la mode ou l'équiper d'une épée plus puissante que celle du voisin, il devra alors mettre la main au portefeuille.

Jusqu'à 150 euros par an pour les joueurs inconditionnels

Ces achats représentent de petites sommes à chaque fois mais la facture peut vite grimper. "Un des intérêts est que le joueur va payer au final la valeur qu'il donne au jeu", observe Patrick Pligersdorfère, président du studio de développement Cyanide.

"Un joueur qui joue beaucoup va par exemple griller beaucoup plus d'argent au final dans un jeu "free to play" que dans un jeu en boite. Il y a des joueurs qui peuvent lâcher plus de 100-150 euros à l'année sur un jeu. Alors que quelqu'un qui n'aime le jeu qu'un petit peu va peut être dépenser 5 euros mais au final pour le développeur c'est tout bénéfice car cette personne n'aurait probablement jamais acheté le jeu de toutes manières".

Ce modèle est encore embryonnaire en France mais certains experts y voient un gros potentiel. "Les Coréen nous ont montré et ont démontré que la propension à payer dans un tel modèle tarifaire est plus importante que lorsque l'on paye un abonnement", confirme Laurent Michaud, spécialiste des jeux vidéo à l'IDATE, l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe.

Une réponse au piratage pour les géants du secteurs 

Du coup, même les géants du secteur s'y intéressent. Les Sims, l'une des franchises de jeu les plus populaires au monde, devrait ainsi proposer de "l'item selling" dans sa prochaine version. Cette  pratique est en effet aussi perçue comme une réponse au problème du piratage.

"La réflexion consiste à dire que l'on va vers du gratuit et que l'on peut difficilement lutter contre ça", explique Emmanuel Forsans, directeur de l'agence française pour le jeu vidéo. "Des éditeurs se sont donc dit : on ne va pas lutter contre le piratage, on va vous donner nos jeux. Par contre, là où ça devient intéressant pour nous c'est que puisque c'est gratuit vous n'allez pas être 50 000 ou 2000 000 ou 300 000 à acheter notre produit, vous allez être des millions. Donc si pour 50 centimes d'euros on vous donne la possibilité de grimper tout d'un coup de 4 niveaux. Eh bien, ne serait-ce que si j'ai 500 000 personnes qui font une telle transaction sur les 10 millions qui jouent, ça représente 250 000 euros de recettes."

Et il en faut des joueurs pour que le modèle soit rentable car à en croire les spécialistes, seuls 3 % en moyenne mettent la main à la poche.

FERMER X Crédit : Electronic Arts
Les Sims 3, la nouvelle version de la franchise PC la plus vendue de tous les temps, sortira le 4 juin 2009 en France avec des appications "item selling".
écrit par : Anthony Morel
source: BFM (la radio de l'éco)
posté par: Floriane PIC
posté sur: Expression, le blog du Marketing

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jérémy Dumont 84 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog