Magazine

Rêver …pourquoi pas ?

Publié le 18 novembre 2008 par Oliviernda
Cette de tasse de «café» m’a été servi en plein transport direction boulot.M’étant réveillé de bonne humeur et souriant, sans raison particulière au milieu des « ronrons » des transports en commun je me surprends à penser à l’importance du rêve, je veux dire d’avoir des rêves dans la vie. Les rêves sont les moteurs de nos vies. Un idéal qui nous fait poursuivre les combats de la vie surtout quand on est écrasé par celle-là même. Je me souviens de cette carte postale ; des nuages qui représentaient un planisphère, et sous-titrée : « Rêve de grandes choses, ça te permettra d’en faire au moins de toutes petites ». Et cela est applicable à tout âge.

Si on s’accroche à nos rêves, qu’on y croit un peu plus, qu’on persévère alors on ouvre la porte à la chance (pour certains, à Dieu pour d’autres) qui peut nous permettre de réaliser bien des choses. Sur le tracé de notre rêve, on va accomplir des choses qu’on n’aurait même jamais imaginé pouvoir faire et c’est ainsi que l’on nourrit nos illusions qui s’accroissent vers leur destinée. Il ne faut pas avoir honte de rêver, ni de passer pour un fou aux yeux des autres. Les gens ont tendance à ne pas comprendre les rêveurs, à essayer de les détourner de leurs rêves en leur faisant perdre confiance en eux, en leurs capacités et au bout du compte en leurs rêves.
MAIS NON!! Il ne faut pas se laisser détruire, les soi-disant réalistes n’ont aucune capacité divinatoire, ils ont juste laissé leurs échecs freiner leur envie de vivre, donc de rêver. Amis rêveurs, amies rêveuses, nous sommes dans le vrai. Aucun « non-rêveur » ne peut comprendre cette ferveur à la tâche, cette passion qui nous anime, ce combustible qui nous maintient en vie. Continuez à croire en vos rêves, à les entretenir, à les alimenter.
Tout le monde n’a pas cette chance d’avoir un idéal, un imaginaire point d’ancrage, une idée qui des fois les empêchent de dormir, parfois les découragent face à l’ampleur du chemin à parcourir mais qui dans ses « zigzag » semés d’embûches, crée le sentiment d’être vivant, malmené, bien traité, parfois ballotté. Quand enfin du bout des doigts on touche à cette idylle, on est honoré par cette réussite qui dans notre tête a poussé et qui est une réponse efficace au découragé de service qui se cachait sous le nom de réaliste, triste.
Oh lala ! Je suis allé un peu trop loin revenons un peu au début... J’étais vraiment de bonne humeur, confiant, j’avais l’impression que quelque chose de bien allait se produire. J’appelle mon meilleur ami pour lui faire partager ma bonne humeur. Pour lui la journée a mal commencé, il passe par une dure phase en ce moment, mais il continue à croire en lui, en ses rêves et en sa bonne étoile. Je partage avec lui ma bonne humeur et mes rêves et le lendemain matin, il m’appelle. Sa journée qui avait si mal commencée la veille, s’est achevée en apothéose ! Alors qu’il ne s’y attendait pas, un bout de rêve s’est présenté à lui, lui a tendu les bras ! Il a saisi cette opportunité comme une lumière qui a illuminée sa vilaine journée noire.
Amis rêveurs, Bravo ! Continuez et le ciel vous sourira au moment où vous vous y attendrez peut-être le moins. La vie est pleine de surprise.
Par Olivier N'da

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oliviernda 38 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte