Magazine

Renault «relocalise» 400 emplois à Flins… Envoyons paître les ultralibéraux de Bruxelles !

Publié le 21 mars 2009 par Kamizole

renault-flins-relocalise-400-emplois-20-mars-2009.1237599339.jpgBravo Renault ! Cette mesure a beau n’être présentée que comme provisoire – il m’étonnerait fort qu’en septembre prochain la crise soit derrière nous… - elle a le mérite d’être intelligente et adaptée à la chute de l’activité. Ce sont tous les secteurs qui devraient s’y mettre. Et de façon pérenne. Les délocalisations ont fait bien assez de mal à la fois pour les emplois et la désindustrialisation de la France. C’est «ici et maintenant» que nous vivons et avons besoin de l’industrie et de ses emplois.

J’ai trop souventes fois affirmé qu’un pays sans industrie est un pays économiquement mort, condamné à plus ou brève échéance. Il suffit d’ailleurs de voir les déficits abyssaux de la balance des paiements se creuser chaque mois davantage pour s’en convaincre… Il n’y a d’autre cause que la désindustrialisation massive. Les causes uniquement conjoncturelles, telle la cherté du pétrole – laquelle ne peut plus être invoquée aujourd’hui – ne jouant qu’à la marge.

Il faut être carrément stupide comme en son temps – mais il doit l’être toujours ! – l’asinien Thierry Breton qui, quand il était ministre des Finances, souhaitait uniquement tirer la croissance par la consommation des ménages… En plus, manque de bol : désormais, une grande part de ce qui est vendu en France provient de Chine !

Ni le commerce ni les services ne peuvent suffire à la croissance économique. Ils sont trop dépendants des fluctuations de la conjoncture économique sur le court terme. Et qui plus est, je suis de longtemps persuadée que l’industrie offre nettement plus d’emplois qualifiés que la plupart des autres secteurs. Par ailleurs, la production liée à l’investissement en biens d’équipement industriels est-elle même créatrice d’emplois tout en participant à la croissance.

Une mesure intelligente consisterait d’ailleurs à utiliser la «panne» actuelle de l’activité pour faire bénéficier le plus grand nombre possible de salariés – chômeurs ou non – de stages de formation professionnelle : initiale ou de «remise à niveau» des compétences.

Mais bien évidemment, pas sur le mode des «stages parking» que nous avons connus dans les années 1975-1985 ! Mais encore faudrait-il tirer l’AFPA du marasme où elle semble bien sombrer. Une amie qui y a fait en 2006-2007 un stage en alternance «tous corps de métiers» - c’est dans le bâtiment – me disait que les formateurs avaient un statut tout aussi précaire que leurs stagiaires !

Cela n’est pas sérieux et c’est vraiment se moquer de la formation professionnelle. C’est une insulte autant au bon sens qu’à l’ancienne réputation de sérieux de l’ANPE : j’ai eu dans les années 65-70 des copains de la JOC qui y avaient été formés et ils étaient fort prisés par les employeurs.

Ce qui est encore moins sérieux dans cette histoire est la prétention de Bruxelles et plus précisément de la commissaire à la Concurrence Neelie Kroes d’interdire cette relocalisation… Celle-là, elle commence à sérieusement me gonfler les nichons !

C’est vous dire ma colère lorsque parcourant la «une» de 20 minutes, je suis tombée sur ce titre : Relocalisation de Renault: Bruxelles va demander des «explications» à la France… Bruxelles et sa Commission européenne, avec leur ultralibéralisme dévastateur commencent à nous courir grave sur le haricot – et je reste polie ! mes premières réaction in petto n’étaient pas du tout du même acabit ! quand je vous dis que je peux très bien avoir un langage de charretière ou de poissonnière…

Il serait grand temps d’envoyer paître la Commission et tous ses principes débiles. Ils ont fait assez de mal comme ça. Ça suffit. Je propose de jouer à «stop ou encore»… Pour moi, aucune hésitation : c’est stop !

usines-renault-en-france.1237599379.jpg


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte