Magazine

Les quatre élus de Gauche du conseil municipal s'opposeront à l'augmentation des impôts

Publié le 21 mars 2009 par Gezale
Les quatre conseillers municipaux de l'opposition de Gauche, Christian Renoncourt et Michel Doucet (PS) Claudine Dutheuil-Batard (PC) et Sophie Ozanne (NPA) ont donné une conférence de presse ce samedi pour faire connaître publiquement leur position à l'égard des propositions budgétaires (du moins celles qui ont été rendues publiques) de la municipalité lovérienne.
Ils ont rappelé que la majorité municipale actuelle s'est fait élire sur la base d'un contrat moral passé avec la population : « dire ce qu'on fait faire ce que l'on dit » et que dans ce contrat, toute augmentation du taux des taxes était bannie. Depuis l'élection, le maire a donc changé de discours.
Prenant prétexte de la crise et profitant de l'effet d'aubaine que procurent les lendemains d'élection, il a annoncé une augmentation des impôts locaux malgré le constat dressé par lui-même des difficultés accrues des ménages lovériens ! Les quatre élus de Gauche s'opposent de toutes leurs forces et de toute leur conviction à cette augmentation des impôts à la fois injustifiée et évitable (1). Christian Renoncourt n'a eu aucune peine à démontrer que certaines augmentations (personnel, inflation etc…) n'étaient pas du tout justifiées par la crise mais par des phénomènes mécaniques annuels. Michel Doucet, spécialiste des finances locales constate même que le taux d'intérêt de l'Euribor (qui sert de base au calcul des annuités des emprunts à taux variable) était passé en quelques semaines de 5 % à 1,90 % réduisant d'autant le remboursement communal.
Compte tenu des maigres informations distillées par la majorité municipale qui, visiblement, est sur la défensive pour annoncer la vraie couleur et la douloureuse, les quatre élus de Gauche ne sont pas rentrés dans les détails. Ils réservent leurs observations pour le 30 mars prochain. D'ailleurs le document dit « débat d'orientations budgétaires » est une somme de platitudes et de généralités sans beaucoup d'intérêt. La municipalité a dû faire de nombreux efforts pour « envelopper » ses intentions dans un épais brouillard qui n'est, finalement, que la résultante météorologique de la tactique conduite depuis des semaines : en dire le moins possible. Mais c'est déjà trop puisque notre expert, Michel Doucet, sait lire dans le marc de café et surtout, entre les lignes. Il fera des propositions chiffrées et précises permettant de ne pas augmenter les impôts sans diminuer la qualité des services publics apportés à la population. Nous dirons, par exemple, pourquoi supprimer les postes d'ATSEM dans les écoles maternelles accueillant les enfants de 2 ans est une grave erreur sociale.
(1) Nous invitons tous les Lovériens intéressés par les affaires municipales à être présents, dès 18 heures, le 30 mars prochain, au rassemblement que nous organisons (PS-PC-NPA) dans la cour de l'Hôtel de ville pour dire non aux augmentations d'impôts.
(2) Le maire a osé nous insulter en nous traitant de « poujadistes ». L'encyclopédie Wikipédia définit ainsi l'idéologie du poujadisme : « Le poujadisme peut être considéré comme une des dernières expressions d'un mouvement de révolte des classes moyennes. On compte parmi les députés poujadistes des bouchers, des boulangers, des épiciers, des libraires. Les méthodes musclées sont monnaie courante durant les manifestations poujadistes. Le mouvement dispose d'un service d'ordre qui n'hésite pas à faire le coup de poing. Jean-Marie Le Pen, député poujadiste après les élections législatives de janvier 1956, s'inscrit dans cette lignée. Il a intégré dans l'idéologie de son Front national à la fois la protestation contre les élus, les partis dominants, l'État prévaricateur, les parlementaires corrompus et l'affirmation d'une identité française contre tout ce qui la menacerait : l'immigration, l'Europe, le fisc. En 1958, le parti gaulliste lamine ce qu'il reste du groupe des députés poujadistes. Seuls deux députés seront réélus, dont Jean-Marie Le Pen. »
Cette comparaison est donc à la fois idiote, blessante et totalement à côté de la plaque. Nous la mettons sur le compte d'une certaine amertume et aussi d'une certaine propension à l'insolence à l'égard de tous ceux et celles qui ne pensent pas comme le maire.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gezale 7337 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte