Magazine

De l'agriculture biologique pour nourir les villes

Publié le 03 mars 2009 par Bix

3 liens pour parler d'agriculture biologique et de choix politiques indispensables pour sortir de l'agriculture productiviste d'aujourd'hui.

Antoine a gentiment lu le rapport d'Anny Poursinnoff sur l'agriculture biologique en Île-de-France et a commencé une série de billets : L'agriculture biologique dans les choux ? Première partie et deuxième partie, avec l'exemple de Munich.

Autrement dit, faute d'action politique forte depuis 2002, un secteur économique va connaître un engorgement, et les filières d'approvisionnements vont devoir s'approvisionner encore davantage chez nos voisins, Allemands, Autrichiens, Italiens, Espagnols, qui connaissent une envolée de leurs surfaces bio.

Entre 1997 et 2002, en Ile-de-France, il y a eu 5 000 hectares en conversion vers le bio, et la superficie totale de l'AB est passée de moins de 500 hectares en 1997 à 3 500 en 2002. Un rythme important mais déjà insuffisant pour assurer un approvisionnement sûr pour les années futures. Que dire alors de la tendance depuis 2002 ! Les surfaces en bio ont augmenté d'environ 500 hectares seulement, et les surfaces en conversion oscillent entre 200 et 400 hectares par an !

Claude Taleb, vice-président de la région Haute-Normandie, se félicite de la construction d'un centre dédié à l'agriculture biologique, l'E'Caux Centre. 5 hectares qui non seulement feront la promotion d'une agriculture responsable mais qui sera en plus organisé sous forme coopérative.

La Région vient d'individualiser sa participation à la construction du site, au titre de la "redynamisation de l'économie régionale" pour un montant de 700 000 €uros. Un investissement utile, dans l'économie locale et non délocalisable. La création d'une société coopérative (une SCIC) et d'une douzaine d'emplois est prévue dès l'ouverture, au premier semestre 2010. . Les premiers coups de pioche seront donc donnés ces prochaines semaines sur les 5 ha du site, à Auzebosc.

Un beau projet pour une région qui ne compte que 80 agriculteurs agréés bio pour seulement 0,6 % de surface agricole utile (SAU) consacrée au bio. D'autres projets existent, comme celui du réseau des Amap d'Île-de-France. Il reste du boulot pour atteindre les 6 % de SAU mis au Grenelle ! De même, il faudra une vraie volonté pour atteindre les 50 % au niveau européen, même si c'est possible.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bix 96 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog