Magazine

Arnaques et escrocs de l’immobilier, ce soir dans Zone Interdite

Publié le 22 mars 2009 par Lutin

Arnaques et escrocs de l’immobilier, ce soir dans Zone Interdite

Ce soir à partir de 20h40, M6 et Claire Barsacq nous proposeront un nouveau numéro inédit du magazine d’information « Zone Intedite». Le thème abordé ce soir est "Arnaques et escrocs de l’immobilier"

Logements sociaux saturés, loyers trop chers, crédits difficiles à obtenir, c’est la crise dans l’immobilier. Des escrocs profitent de cette pénurie pour s’enrichir sur le dos des familles en détresse. Faux contrats de bail, fausses factures, trafic de squats et de locaux insalubres, nous avons enquêté sur ces pratiques illégales. Hôteliers véreux, marchands de sommeil sans scrupules, réseaux organisés, qui se cache derrière ce nouveau business ? Propriétaires et locataires, personne n’est à l’abri : les victimes piégées se comptent par milliers. Maisons, appartements, mobile homes… certains ont tout perdu et se retrouvent à la rue. Comment peuventils se défendre ?

Pierre, 33 ans, a acheté une maison à Malakoff. Mais quand il vient lancer les travaux de rénovation, une famille avec 5 enfants est déjà installée chez lui, croyant occuper les lieux légalement: un escroc s’est fait passer pour le propriétaire et a loué son bien avec un faux bail. Dans les HLM d’île de France, il faut parfois 10 ans d’attente pour obtenir un appartement. Ici, nous avons enquêté sur le marché du squat, un trafic en pleine expansion. Pour quelques centaines d’euros en espèces, les « ouvreurs de portes » font entrer illégalement des familles en difficulté dans un logement vide, repéré à l’avance. Quand les vrais locataires arrivent, les intrus ont pris leur place. À Paris et en proche banlieue, des hôteliers

Malhonnêtes exploitent le filon de l’hébergement d’urgence en détournant les allocations de l’Aide Sociale à l’Enfance : ils logent les familles qui leur sont envoyées dans des studios loués pas cher, mais facturés à prix d’or, comme des chambres d’hôtel.

Partout en France, des marchands de sommeil s’enrichissent en louant des bâtiments insalubres à des clandestins. Des propriétaires âpres au gain sont prêts à tout pour racheter à bas prix un immeuble occupé par des locataires modestes : coupures d’eau, de chauffage, d’électricité, menaces…

Autres victimes de la crise, ceux qu’on appelle « les cabaniers » parce qu’ils vivent à l’année dans leur mobile home. Près de Béziers, ils sont des milliers à avoir acheté, souvent à crédit, avec l’accord de la mairie, des parcelles de terrain non constructibles pour s’y installer en famille. Une dépense qui a englouti toutes leurs économies. Aujourd’hui, ils sont menacés d’expulsion par le préfet du département. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lutin 459 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte