Magazine

“Caïman” pas croyable!

Publié le 23 mars 2009 par Fabien Major @fabienmajor

Le Luxembourg, la Suisse et l’Autriche ont cédé sous la pression. Ces pays rejoignent Andorre, le Liechtenstein et la Belgique. Ils vont désormais se conformer aux règles de l’OCDE en matière de transparence financière de leurs banques. Ces pays évitent ainsi, de justesse de se voir mettre à l’index de la liste noire des paradis fiscaux non coopératifs. La grande surprise vient évidemment de la Suisse. Qui dit Suisse, dit compte de banque Suisse. C’est un cliché tellement ancré dans nos moeurs qu’Astérix chez les Helvètes a même visité un de leurs coffres-forts en compagnie d’Obélix et d’une meule d’emmental! Autant les autorités de ces pays affirment que dans le fond «il n’y a pas grand chose de changer» qu’autant l’Union Européenne est satisfaite des assouplissements au fameux secret bancaire.

Le changement est bel et bien réel et modifie complètement notre compréhension de ces havres fiscaux. L’Autriche, la Suisse et le Luxembourg acceptent de lever leur secret bancaire au cas par cas SI des «soupçons justifiés» sont formulés. Et des soupçons, la France, l’Allemagne et les États-Unis en ont des classeurs pleins! En clair, cela signifie: «Donnez-nous des raisons de trahir nos clients et on le fera!»

L’OCDE précise les critères déterminants pour qualifier un état de paradis fiscal

-La juridiction applique-t’elle des impôts insignifiants voir inexistants?
-Y a-t-il une absence de transparence ?
-Existe t-il des lois ou pratiques administratives qui empêchent un véritable échange de renseignements à des fins fiscales avec les autres administrations en ce qui concerne les contribuables qui bénéficient d’une imposition inexistante ou insignifiante ?
-L’absence d’activités substantielles est-elle admise ?

Le 2 avril prochain, les ministres des Finances et les banquiers centraux du G20 cibleront 4 mesures vitales pour enrayer la crise économique.

caiman
1-Des actions décisives, coordonnées et globales pour stimuler la demande et l’emploi
2-Les banques centrales des pays du G20 maintiendront des politiques expansionnistes aussi longtemps que nécessaire
3-Gonflement des ressources du FMI pour aider les pays les plus fragiles
4-Renforcement de la régulation et lutte contre les paradis fiscaux

La prochaine réunion du G20 va mettre pas mal de pression sur Gordon Brown. Derrière ses beaux discours, l’Angleterre encourage et contribuent à l’enrichissement de 11 des 37 «juridictions suspectes» par l’Administration Obama. Depuis au moins un siècle, la couronne britannique tire les ficelles de l’île de Jersey, Guernesey, des îles Caïmans et des Bermudes. J’ose espérer qu’en 2009, la mappe monde des fraudeurs fiscaux sera modifiée.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabien Major 12992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog