Magazine France

Une réforme des statistiques va majorer le nombre de chômeurs

Publié le 23 mars 2009 par Torapamavoa Torapamavoa Nicolas @torapamavoa

Le principal indicateur mensuel du chômage correspondra désormais aux personnes n'ayant pas du tout travaillé et recherchant un contrat quel qu'il soit. Rapporté aux chiffres de janvier, cela augmente de 100.000 le nombre de chômeurs.

La température restera aussi élevée mais le thermomètre va changer. Les lettres - de A à E - vont remplacer les chiffres - de 1 à 8 - dans la définition des catégories de chômeurs recensés par le ministère du Travail chaque mois, ont annoncé vendredi le directeur de sa Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), Antoine Magnier, et le directeur général de Pôle emploi, Christian Charpy. L'objectif affiché de la réforme, qui résulte de deux rapports, l'un élaboré par l'Inspection générale des finances et celle des Affaires sociales, l'autre du Conseil national de l'information statistique, est de mieux refléter la diversité des situations de chômage.
Jusqu'à présent étaient comptabilisés sans distinction les chômeurs qui n'avaient pas travaillé le mois concerné et ceux qui avaient travaillé moins de 78 heures. En revanche, le type d'emploi recherché était déterminant. Selon que l'on recherchait un CDI, un temps partiel ou un CDD, on relevait des catégories 1, 2 ou 3. Les demandeurs d'emploi indisponibles pour cause de formation ou de maladie étaient comptés à part (catégorie 4), tout comme les salariés à la recherche d'un autre emploi (catégorie 5) et les chômeurs ayant travaillé plus de 78 heures dans le mois (catégorie 6).
Dès le mois de février
Désormais, la référence au type d'emploi recherché va être supprimée. C'est l'existence ou pas d'une activité professionnelle durant le mois écoulé qui sera déterminante. Le A correspondra à l'absence totale d'emploi (quel que soit le type de contrat recherché), le B et le C respectivement à une activité de moins et de plus de 78 heures. Ce changement de règles ne va pas conduire à minorer le chômage, contrairement à ce qui s'était passé en 1995 avec l'isolement des demandeurs d'emploi ayant travaillé au moins 78 heures ou encore en 2007 avec la modification du calcul par l'Insee du taux de chômage au sens du BIT. Selon les évaluations de la Dares, qui seront désormais non seulement corrigées des variations saisonnières mais aussi des jours ouvrés, le nombre de chômeurs de catégorie A est un peu plus élevé que celui des demandeurs d'emploi de catégorie 1 (voir ci-dessus), le plus médiatisé aujourd'hui : 2,305 millions au lieu de 2,204 millions (fin janvier). La nouvelle présentation sera utilisée dès mercredi pour les chiffres de février.
« 2 millions qui en cachent 3 »
Pour l'intersyndicale Dares-Insee-Pôle emploi et le comité de défense de la Dares, constitué contre la délocalisation d'une partie des services à Metz, le compte n'y est cependant pas. Dans un communiqué diffusé vendredi et intitulé « 2 millions qui en cachent 3... », ils critiquent le fait que la nouvelle catégorie A risque de devenir la principale référence en matière de chômage puisqu'elle figurera en tête du communiqué officiel mensuel, alors qu'elle ne rend compte qu'imparfaitement de la réalité du chômage, comme l'ex-catégorie 1. Le débat - récurrent - va donc se poursuivre.
source: http://www.lesechos.fr/

http://torapamavoa.blogspot.com

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog