Magazine

Dans la foulée des peurs primaires

Publié le 23 mars 2009 par Menear
J'y repense ce matin en montant doucement sur Paris, rails obligent, j'y repense et déjà compose la note mentale du jour qui m'amènera à esquisser la note présente.
C'est un souvenir d'enfance sans doute, j'ai sept-huit ans peut-être, je ne sais plus, et nous sommes dans le salon, et ma mère attend le retour de quelqu'un qui tarde trop, mon père certainement ou bien mon frère peut-être, elle attend le nez collé à la vitre qui regarde au loin, plus loin dans le ciel du dessus. Je me colle à côté et j'attends avec elle et puis je lui dis la phrase rituelle, revenue plus d'une fois :
- Il est p'etre mort.
Puis c'est tout, voilà, je me tais, et j'ignore ce que ma mère me répond. Peut-être qu'avec le temps elle a pris l'habitude de ne plus me répondre, donc de ne plus m'écouter.
Les peurs primaires dont il est question là-bas, elles sont présentes déjà. Parce que ce n'était pas une histoire de sadisme, simplement la remarque haute d'une réalité parallèle qui pourrait être aussi valable que n'importe quelle autre. Une micro-fiction le temps d'un battement d'œil puis qui s'éteint dès l'ouverture de la porte. Personne n'est mort, bien sûr (ou plutôt si, un tas de gens est mort, juste que moi je ne les connaissais pas), mais le temps de regarder le ciel en silence avec ma mère, il s'était installé entre les deux une autre ligne de fuite qui aurait pu être mais n'a pas été. Tant mieux. Mais l'image n'est pas éteinte pour autant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Menear 147 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte