Magazine

ONGUENTS ET PARFUMS (A propos des "Reliefs du Lirinon" du Louvre - 2)

Publié le 24 mars 2009 par Rl1948


  

   Voilà maintenant deux semaines, ami lecteur, que nous sommes vous et moi devant la vitrine 9 de la salle 4 du Département des Antiquités égyptiennes du Musée du Louvre pour découvrir deux bas-reliefs de la XXVIème dynastie saïte, le premier ayant un rapport avec la viticulture, le second avec la fabrication des parfums.



   Grâce à quelques références archéologiques dont certaines sont accessibles aux touristes, je voudrais aujourd’hui plus précisément évoquer pour vous le contexte social de cette dernière activité, tant elle fut extrêmement prépondérante dans la conception du quotidien des Egyptiens de l’Antiquité. Et réserverai à un troisième article, mardi prochain, le soin d’examiner le contexte plus spécifiquement religieux.

  
   Si les matières premières, essentiellement végétales, utilisées pour la constitution des onguents et des parfums provenaient des terres étrangères, asiatiques le plus souvent - (les textes, mais aussi des scènes à l’intérieur de temples font en effet allusion à des expéditions, sorte de quête aux aromates, organisées vers ces contrées lointaines dans le but d’en rapporter de précieux végétaux - que ce soit à l’époque de la reine Hatchepsout, avec la célèbre expédition au Pays de Pount, cette région quasiment mythique située au niveau de l’Erythrée et de la Somalie actuelles d’où l’on ramena, entre autres oliban et térébinthe, ou à celle de Ramsès III) - il n’en demeure pas moins que tout le travail de préparation des parfums et des onguents, depuis la cueillette des fleurs jusqu’à la présentation au dieu de l’huile odoriférante avec laquelle un prêtre attaché au temple oignait chaque jour sa statue, s’effectua indubitablement en Egypte même.


   Toutefois, comme j’ai eu l’occasion de vous le faire remarquer d’emblée mardi dernier, et malgré la rareté relative d’une documentation idoine, certaines tombes proposent des scènes de l’une ou l’autre étape de la chaîne des opérations qui conduisaient à la fabrication de tous ces produits aromatiques.


   Ainsi, à l’Ancien Empire, à Saqqarah, dans la tombe du vizir Kagemni (VIème dynastie), assistons-nous à la préparation d’un parfum.


   Le dessin au trait ci-dessus, copie de la scène figurant sur un des murs de la sépulture, nous donne à voir deux hommes assis mélangeant dans une vase cylindrique les composants du futur parfum. Les deux petites colonnes de hiéroglyphes qui les surmontent légendent la scène : celle de gauche explique que "aromates et huiles sont en train de s’associer", tandis que celle de droite rapporte les paroles de l'artisan : "C’est assurément ton parfum qui va rendre le mélange agréable".


  

  

Dans la dernière salle du même mastaba, nous assistons à la procession, du mur ouest vers le mur nord, sur deux registres, d’hommes halant des traîneaux sur lesquels sont arrimés d’énormes vases à huile.


 

  
  Des scènes identiquent se retrouvent également dans d'autres tombeaux de Saqqarah, notamment ceux de Ti, et de Mererouka :
http://www.osirisnet.net/mastabas/mererouka/mereruka_05.htm .
   Les connaisseurs parmi vous auront peut-être remarqué qu’une des étapes qui, de la cueillette des fleurs jusqu’à l’offrande à Païrkep, le propriétaire de la tombe d’où fut retiré le linteau de calcaire de la vitrine 9, constituent le travail d’élaboration des parfums est totalement absente : celle de la cuisson des substances aromatiques. Et pourtant, elle était essentielle !


   Fort heureusement pour nous, on la trouve notamment représentée dans l’un ou l’autre tombe de la XVIIIème dynastie, à Thèbes, comme celle d’Amenmès (T T 89)



et aussi dans une de la XXXème dynastie, à Tounah el-Gebel, en Moyenne-Egypte : celle d’un des cinq grands prêtres de Thot, à Hermopolis, Petosiris.


   Sur le mur nord du pronaos, parmi d’autres étapes de la préparation des parfums, nous découvrons deux artisans s'affairant autour d'un fourneau : celui qui est accroupi attise le feu pendant que l’autre, debout, mélange les essences en pleine cuisson dans une cuve déposée à même le four.

 



   Un peu plus loin, sur la même paroi, différentes étapes de la préparation de substances parfumées nous sont proposées sur deux niveaux : au registre supérieur, un ouvrier déverse à même le sol des baies rouges que deux autres vont probablement décortiquer, tandis qu’au registre inférieur, se déroule l’opération qui consiste à broyer l’un ou l’autre produit. A gauche, les quelques hiéroglyphes nous apprennent que les deux hommes assis autour de la petite table basse pilent des aromates reçues du Pays de Pount, alors qu’à droite, deux autres, avec un pilon en bois qu’ils tiennent des deux mains, écrasent, chacun dans un mortier, plantes et herbes aromatiques destinées à l’élaboration du parfum. La légende hiéroglyphique précise cette fois que ce sont des "parfumeurs en train de façonner (pressurer) l’oliban".


   Encens pur, l'oliban était en fait une résine provenant d'incisions pratiquées dans l'écorce du "Boswellia Carterii", un arbre qui pousse en Erythrée, en Somalie et dans le sud de l'Arabie actuelle. 

   Les plus perspicaces d’entre vous auront sûrement été attentifs à une différence notoire entre toutes ces représentations et celle de notre linteau de porte dans cette vitrine 9. En effet, si aux époques antérieures, sur les parois des mastabas de Saqqarah et des hypogées thébains, les travaux étaient réalisés par des hommes, il semblerait qu’à Basse Epoque, tout ce qui concerne la préparation des parfums, de la cueillette à la mise en jarres, soit aussi dévolu aux jeunes femmes.

   Indépendamment de la destination funéraire dans un contexte de renaissance, de régénération auquel je viens de faire allusion, mais aussi de l’incontournable visée cultuelle des onguents et des parfums voulue par les officiants dans les lieux saints de l’Egypte des temps anciens à laquelle je m’attacherai plus particulièrement mardi prochain, je ne puis négliger de mentionner aujourd’hui un autre aspect de l’utilisation de ces produits aromatiques : les soins du corps, qu’ils soient esthétiques ou prophylactiques ...


  Les premiers faisaient en effet l’objet d’une attention particulière dans toute la société civile : que l’on soit un homme ou une femme, se parfumer, employer des cosmétiques pour se maquiller l’oeil par exemple, pouvaient tout aussi bien constituer un geste esthétique lors de fêtes et de banquets qu’une volonté de se protéger, dans un pays où l’ardeur du soleil n’est plus à démontrer, contre ses rayons ou les odeurs corporelles désagréables.


   Ainsi cette recette consignée dans le Papyrus Hearst pour "chasser l’odeur de la substance-khenech qui se trouve dans la superficie du corps de l’homme, pendant l’été" préconise-t-elle d’enduire le corps avec une préparation réalisée à base, notamment, de résine de térébinthe et d’oliban.


   Un autre aspect n'est pas non plus à écarter : dans l’Egypte ancienne - comme d’ailleurs dans bien d’autres civilisations, y compris la nôtre -, parfums et onguents parfumés connotent une notion très précise : ils sont en effet instruments de séduction et invitent à l’amour. Or, comme tout se tient, - et j’ai déjà par ailleurs, dans le cadre de la rubrique "Décodage de l’image égyptienne" à propos de l’article concernant les scènes de chasse et de pêche dans les marais du 12 août 2008, eu l’opportunité d’y insister, l’activité sexuelle constitue toujours, dans la symbolique égyptienne, promesse de renaissance.


   Enfin, et ceci est moins gai, ils entraient également souvent dans des prescriptions médicales : le même Papyrus Hearst mentionne une recette pour soigner la calvitie qui consistait à broyer des fleurs de lotus que l’on faisait ensuite bouillir dans de l’huile.
Et un autre, conservé à Berlin, propose un remède (déjà !) pour "chasser une tumeur suintante qui se trouve sur un sein ou sur n’importe quel autre endroit du corps", en broyant finement et en mélangeant du jus de datte fermenté avec de la poudre de blé amidonnier blanc.


  Sans oublier, et ce serait un comble, l'utilisation sur grande échelle qui en était faite au niveau du rite de la momification. Ainsi, l'étude notamment de la momie de Ramsès II qui fut réalisée au Museum d'Histoire naturelle, à Paris, en 1985, nous apprit-elle que le corps avait été lavé avec du vin de palme mêlé d'épices, assoupli à l'aide d'onguents, pommadé, bourré d'aromates, évidemment entouré de bandelettes et enduit de résines parfumées.  
 


   Malgré les quelques exemples de tombeaux que je viens d’évoquer, certains d’entre eux n’étant d’ailleurs pas toujours ouverts aux touristes, ce sera plus que très probablement dans les temples, ami lecteur, que vous aurez l’opportunité de rencontrer des scènes d’élaboration de parfums.

Raison pour laquelle je vous convie à me rejoindre le 31 mars prochain, juste avant le congé de Printemps, afin qu’ensemble nous en visitions l’un ou l’autre.


(Bardinet : 1995, 251 sqq.; Baum : 2003, 71-82; Cherpion : 1994, 79-107; Daumas : 1975, 107Lefebvre : 1924, planches X et XI; Le Saout : 1987, 325-38; Shimy : 1998, 201-37)

   Un merci tout particulier aujourd'hui à Thierry Benderriter, concepteur de l'excellent site OsirisNet pour l'amabilité avec laquelle il m'a autorisé à lui emprunter quelques clichés, notamment du mastaba de Kagemni :
http://www.osirisnet.net/mastabas/kagemni/kagemni_01.htm ;

ainsi qu'à Estelle Pieuchot et François User, respectivement membre et administrateur du forum égyptologique de ddchampo, qui tous deux m'ont fourni documents photographique ou scannés, et inestimables références pour illustrer et judicieusement compléter cet article, ainsi que celui de mardi prochain : 
http://1525.aceboard.net/


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les parfums Banana Republic debarquent en France

    Lancés en 2006 aux États-Unis, les parfums de la marque de prêt-à-porter Banana Republic sont désormais disponibles en France. Lire la suite

    Par  Bentlyno
    BEAUTÉ , CONSO, PARFUM
  • Strip d'Agent Provocateur - News Parfums

    Quel meilleur jour que ce 11 novembre, jour d'armistice, jour de souvenir (d'ailleurs, à l'instant où je vous écris, Monsieur Sarkozy fait son petit discours... Lire la suite

    Par  Anaïs Valente
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Piparintuoksua / Parfums de Noël

    Kielikylpyilijämme sanavarasto kohenee entisestään ja kuvailee hyvin sadepäivien etenemistä : tänään oli vuorossa muta, ajokone, piparimuotti ja kaulin. Lire la suite

    Par  Maurelita
    A CLASSER
  • Trilogie aux parfums des sous-bois...

    Après une petite cueillette, il y a quelques temps, en forêt d'Andaine... Risotto aux deux champignons pour 2-3 personnes 2 bolets (ici bolets orangés)une... Lire la suite

    Par  Agastache29
    CUISINE, ITALIENNE, RECETTES, RECETTES SALÉES, SAVEURS DU MONDE, VÉGÉTARIENNE
  • Sans petit pot, les meilleurs onguents!

    Ce texte a été écrit par Edith Landry-Michaud, collaboratrice de Cascades Groupe Tissu. J’ai une peur peu commune. En fait, c’est mon armoire à produits de... Lire la suite

    Par  Petitgestevert
    ENVIRONNEMENT
  • Louvre graphique

    LA RENAISSANCE AUX PAYS-BAS… … Dessins du musée de Budapest. Quelques mots élogieux sur cette exposition en cours actuellement au Louvre, dans le département de... Lire la suite

    Par  Sebika
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Parfums d'iris

    Si un rayon de lune avait une odeur cela serait s??rement celle de l???Iris. Froid, gris, poudreux et bleut?? comme les ongles d???un noy??, l???absolu d???Iris... Lire la suite

    Par  Véronique Bessard
    BEAUTÉ , CONSO, PARFUM

A propos de l’auteur


Rl1948 2931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte