Magazine

Live report du concert de Judas Priest par Romain (the Priest)

Publié le 24 mars 2009 par Lindt
Live report du concert de Judas Priest par Romain (the Priest)
Romain avait déjà sévit dans ces pages en nous donnant son avis sur la différence entre un fan et un groupie, et en nous donnant les différents styles de métal. Aujourd'hui il nous raconte son concert de Judas Priest et de Megadeth.

Il est 9h30 quand j'émerge ce dimanche matin, des images et des souvenirs plein la tête du concert d'hier soir.
Car samedi 21 mars 2009 la capitale accueillait non sans mal dans son Zenith the Metal Gods et leur acolytes dont la réputation n'est plus à faire : j'ai nommé Judas Priest accompagné Megadeth et Testament.

La soirée avait pourtant mal débuté : 1h20 pour trouver une place, tous les parkings payants étant complets (oulala mais y'a du monde qui vient voir le prêtre Juda !)
Après 10 minutes de marche me voilà devant la salle...il est 19h10. 10 minutes de retard c'est correct mais non, 2ème mauvaise surprise, Testament avait commencé 15 minutes en avance !
Je n'ai vu que leur 3 derniers morceaux...dégoûté, limite en colère.

Heureusement je suis bien placé, derrière les consoles, plein axe, vu dégagée ! impeccable !

Le peu de Testament que j'ai vu me parait convaincant : la conclusion sur "the fomation of damnation" est du plus bel effet. La voix du chanteur est puissante et fait honneur au style !

Mais déjà la scène se prépare pour un des "big four", j'ai nommé : Megadeth.

Une bière ou deux après me voilà face à un fond de scène sobre : noir avec un simple "Megadeth" écrit dessus. J'attends les bougres au virage, ayant été déçu par leur dernière prestation à l'Elysée Montmarte.

Je n'allais pas attendre longtemps : entrée en matière classique : "sleepwalkers", entrecoupé de "Wake up dead" (bien vu le bond de 20 ans en arrière en l'espace d'une mesure !). La course effrenée ne s'arrêtera qu'après un "take no prisoners" qui fait bien plaisir à entendre !

Quelle imrpession ? Et bien MegaDave s'est sorti les doigts du c* pour nous pondre un concert digne de ce nom, avec un son ENFIN réglé comme il se doit ! Ils sont bons les musicien qui l'entourent, ça joue bien, même très bien et surtout :

Chacun prend son pied..et le public aussi !
Classique après classique, Nos amis nous maintiennent en haleine, il n'y a aucun temps mort : "skin'o'my teeth, in my darkest hour", tiens !, "sweating bullet" qu'ils jouent rarement qui laisse apprécier la voix rauque de Dave.

"A tout le monde
A tout mes amis
Je vous laisse
Je dois partir"...repris par toute la salle...ça ne vous dit rien ?

Petit break : et voilà que débite le riff monumental de "Hangar 18", tout simplement fabuleux, une claque énorme ce morceau en live.
Mais arrive déjà la fin du set, sur "Holy wars" bien entendu ! je regarde ma montre : 1h15 de set "quoi? déjà ?" le signe ne trompe pas.
Megadeth n'a rien perdu de sa fougue et il va falloir compter avec eux pour les années à venir. Seule ombre au tableau : certains passages solo un peu plus...brouillons.

Me voilà reparti aux toilettes. Le temps de discuter avec une ou deux connaissances (ooooh mon ex chanteuse !), les lumières s'éteignent tandis que voilà l'intro que j'attendais (celle du dernier album bien sûr).

Enchainement direct "I am nostradamus !" et voilà les sacro saints Priest en place sur un décor assez tripant ! Rob Halford arrivé envelopé d'une grande cape brillante, il est entièrement recouvert tandis que le morceau déboule.
Le show est en place, le public est à blanc (et oui après 2 premières partie de qualité, pas possible autrement). Mais le meileur est à venir. "Breaking the law" moi qui ne suis pas fan de ce morceau...et bien la version live 2009 a mis tout le monde d'accord, moi compris :-)

On ne refera pas l'histoire de Judas Priest qui n'a rien à prouver depuis longtemps. Mais les anglais ne se reposent pas sur leurs acquis bien au contraire. Les classiques s'enchainent. On se fait plaisir sur "rock hard ride free", "Hellion" suivi de "Electric Eyes"...

A ma grande surprise, "Hell patrol" damn, ils ne la jouent jamais..."Between the hammer and the anvil" et enfin le classico classqiue "Painkiller" qui est malheureusement pour moi l'ombre du tableau : le chant n'y est pas vraiment, les guitares sont brouillonnes...
Dommage car il avait commencé de fort belle manière ! Bref, plutôt loupé...MAIS on ne s'endort pas. Les portes sous la scène s'ouvrent, telles les portes de l'enfer : Rob Halford qui sort sur un trône façon "Edward the great". Le messager de la mort entonne le morceau du dernier album du même nom.

Et déjà premier rappel : lumière éteinte : un grondement provient de sous la scène, (cékoiça?) et pour notre plus grand plaisir Rob se pointe avec une putain de Harley Davidson rutilante sur scène (oui oui une vraie) sur un "Hell bent for leather" bien couillu suis de "Sinner".

Le concert s'achève...Le public commence à quitter la salle. Pour ma part je ne bouge pas. Mon intuition attendait "Living after midnght". Je ne pouvais pas me résoudre à partir sans l'avoir entendu.

Mon batteur arrive de l'autre bout de la salle pour m'entraîner vers la sortie, tentant vainement de me persuader que c'est fini ! Au même moment les lumières s'éteignent et une intro ô combien de fois entendue et jouée dans toutes les salles du monde entier à la batterie s'élève. J'explose de joie ! Mon intuition avait vu juste.

Ben voilà le public qui revient en courant, les couloirs sont blindés, et tout les monde, sans exception reprend le refrain classique :
"Living after midnight
Rocking to the dawn
Loving to the morning
And I know...And I know".

Cette fois le père Rob fait chanter le public, et que ça fait plaisir de voir autant d'engouement !

Cette fois c'est fini...Toutes les bonnes choses ont une fin...Je fais bouffer un macdo avec mon groupe vite fait et nous voilà déjà en train de refaire le concert. Les avis sont unanimes !

Une chose tout de même, en fait deux...D'abord, je trouve que Rob Halford a perdu un peu dans les aigues, ensuite, par pitié M. le batteur, arrêtez de jeter votre baguette en l'air 5 fois par morceau !

Mais il faut finir sur une bonne note, alors je mets une mention spéciale pour l'ambiance et la mise en scène de ce show !

Mais sinon....et surtout...Merci Judas !

Romain (the Priest)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lindt 116 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog