Magazine

Banderille n°296 : Les hommes préfèrent les blondes

Publié le 24 mars 2009 par Toreador

Highlandeuse

Après le LKP, le JKP. Ils étaient trois au départ : Jego, Karoutchi, Pecresse. Au final ils ne furent que 2 à entrer en lice. Et une a vaincu. Je ne peux y voir que juste réparation des torts subis.

Le choix des militants d’île de France de leur tête de liste aux européennes n’est pas anodin. C’est Valérie Pecresse, la mal-aimée du Sarkozysme, celle qui n’a pas, selon les mots du Président, « été foutue de gérer la réforme de l’enseignement supérieur et de la Recherche », qui a été préférée par la base à Karoutchi, l’apparatchik fidèle artisan de la réforme constitutionnelle de l’an passé. 

Comment ne pas y voir un premier avertissement pour Nicolas Sarkozy ? Sa famille proche – sa mère « Dadu » et son fils « Jean »- avait participé au dernier meeting de Karoutchi. D’après le Canard, Nicolas Sarkozy en avait conçu grande colère, estimant que sa famille ne devait pas être mêlée aux affrontements politiques.

Il n’avait pas de telles préventions lorsqu’il concluait ses propres meetings avec le petit Louis – Bonne chance, mon papa !

A l’UMP, on se serre les scuds

Je crois plutôt que le président avait eu vent des sondages officieux catastrophiques pour son poulain. N’oublions pas qu’il avait lui-même contribué à populariser le coming-out de Monsieur K. en laissant fuiter qu’il avait reçu « Roger et son ami » à sa résidence d’été.

La lutte des Régionales aura préfiguré aussi un petit scud bien senti de Copé, qui avait pris le parti de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, contre Bertrand, plutôt favorable à l’apparatchik, et Sarkozy. Comme le mentionne Dominique Baud, Jean Sarkozy « avait rappelé à l’ordre Jean François Copé », lorsque ce dernier avait osé afficher officiellement son soutien à Valérie Pécresse. Et ce pendant que Jeannot s’autorisait un hommage appuyé à Roger Karoutchi

Il faudrait un examen région par région de ces élections internes pour élargir l’analyse. Dans le Languedoc Roussillon, par exemple, c’est un proche de Bertrand, Jean Castex, qui a été battu par Raymond Couderc, le régional de l’étape. Voilà qui devrait commencer à rendre nerveux l’Elysée…

européennesKaroutchiPécressesarkozy

Sujets: Banderille, Toréador critique la Droite | 2 Comments »


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Toreador 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte