Magazine

Sida : la clarté de monseigneur Aubry

Publié le 24 mars 2009 par Micheljanva

Même si l'affaire de la désinformation s'éloigne, le problème du Sida reste bien présent, tout comme les attaques contre l'Eglise. Il semble donc opportun et juste quand de tels propos sont tenus de souligner cette très belle déclaration de monseigneur Aubry, évêque de Saint Denis de la Réunion (ici en pdf) :

May "Dans sa déclaration de Yaoundé (mars 2009), le Pape n’a même pas abordé la question de l’abstinence. Oui cela reste un idéal. En même temps, il faut reconnaître que notre société est dans une situation de détresse spirituelle, morale et sexuelle, que beaucoup de catholiques ont de la peine à suivre cet idéal, tout comme la majorité des membres de la société. Il importe donc de rappeler le devoir de ne pas donner la mort. Si des personnes ne vivent pas la fidélité et s’installent dans une situation de multiples partenariats sexuels, même si un seul membre du couple ne vit pas la fidélité, il appartient aux partenaires de tirer les conséquences et de prendre, sous leur responsabilité, l’utilisation du préservatif. Mais l’Eglise ne dira pas de manière impérative « Prenez le préservatif ».
Pourquoi ? Si l'Eglise tenait ce langage, elle serait à côté de sa mission puisqu’elle ouvrirait automatiquement la porte au défoulement sexuel et à sa bénédiction. Il faut dépasser le langage simpliste du permis et du défendu. Ce n’est pas l’objet du préservatif qu’il faut ou bénir ou diaboliser. Il faut engendrer des comportements responsables avec les moyens appropriés selon telle ou telle situation.
L'Eglise catholique propose un idéal, le rappelle et essaie de tout faire pour que les gens soient responsables en essayant d’atteindre l’optimum. Nous pensons surtout à la mission des familles qui doivent élever leurs enfants. Les familles sont déstructurées et broyées par le climat de permissivité qui se développe tandis que les conseils donnés publiquement en matière de sexualité vont, trop souvent, à l’encontre d’une éducation humaine.
Lisez bien la phrase de Benoît XVI citée plus haut. Elle ouvre des portes pour l’éducation à l’amour et à la fidélité, pour la collaboration entre organismes multiples si, avec les approches différentes, les uns et les autres veulent conscientiser, responsabiliser, faire reculer la maladie, mettre gratuitement les soins à la portée de tous, encourager au dépistage, insérer dans la société. Le Pape a voulu soutenir l’action des associations et de l'Eglise au Cameroun dans leur lutte contre le sida. Il n’a discrédité personne. Pourquoi discréditer le Pape ?"

Lahire (merci à MF)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte