Magazine

Wawaa et les blaireaux ...

Publié le 24 mars 2009 par Wawaa

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Quel poète, quel romantique ce Lamartine ! Il a sûrement écrit ce bout de poème célèbre après une rupture, ou un râteau ou après avoir naufragé dans la triste mer du célibat. Foutaise, je dis "FOUTAISE" !
Moi, ma phrase fétiche et de plus en plus vraie n'est autre que "Il vaut mieux être seule que mal accompagnée". Voilà le topo, en bref : j'ai 26 ans, je suis de l'espèce très connue des celibatarius endurcius a embonpointus importantus, et je pourrais commencer à me poser des questions quant au lamentable état de ma vie sentimentale. Quoique, n'ayant point de vie sentimentale, je ne suis pas si sûre d'en avoir tant que ça à me poser. Hey, quoi ? Une pointe humoristique de cynisme c'est comme le ridicule, ça n'a jamais tué personne !
Mais il y a quand même une question qui me turlupine, qui me tarabusque, qui me tarraude concernant ma grande capacité à demeurer un formidable aimant à blaireaux. Pas les animaux poilus qu'on aperçoit dans les champs ou dans les fossés campagnards, dans le noir obscur de la nuit, traversant les routes en trainant leur gros cul et leur museau. Ceux-là ne me dérangent point dès lors qu'ils ne se suicident pas sous les roues de ma voiture ... Non, moi ce que je veux savoir, c'est à propos des blaireaux humains. Pourquoi me fais-je toujours draguer, brancher uniquement par des blaireaux tocards cinglés bizarres en manque ? Est-ce que c'est parce que , moi aussi, j'ai un potentiel de blairelle ?
L'embonpoint, peut-être. J'en viens souvent à penser que les plus désespérés sont près à se jeter sur la première qui passe, même si elle ne correspond pas à leurs goûts physiques. Moi le physique , je m'en fous, mais les autres ? Est-ce que c'est parce que je sécrète des hormones particulièrement destinées aux nasaux des blaireaux ?
Ah oui, ce que j'appelle un blaireau, ce n'est pas "un moche". Non un blaireau c'est un gros lourd, qui pue le gros qui tâche dont il a descendu 3 bouteilles en moins d'une heure, 2,7 de QI, dont l'intelligence ne vole pas du tout puisqu'elle est enterrée 123 mètres sous terre et qui propose directement une pelle ou une nuit d'amour torride. Et vu leur masse cérébrale extrêmement réduite, on se dit que la nuit d'amour torride pourrait ressembler à "Je sais pas comment trouver le trou".
Je cherche donc un déodorant anti-blaireaux. Un patch anti-blaireaux. Un truc rapide, efficace pour les empêcher de venir me parler, ou tenter de jouer du charme qu'ils n'ont pas. Et puis ça m'éviterait le désagrément d'avoir à refouler ces nigauds en grande carence de cervelle.

Lui : "Dis je peux te faire des bisous ?"
Moi: "NON !"
Lui : "Quand c'est qu'on est ensemble toi et moi ?"
Moi : "JAMAIS"
Lui : "Comment t'es une méchante !"

Non non, je suis pas méchante, je sais juste ce que je veux et ce que je ne veux pas  et je ne voudrais pas avoir à procéder à un abandon de blaireau sur une aire d'autoroute déserte ! Y'aurait-il quand même quelque part dans cet univers infini un mâle du genre gentil, intelligent et plein d'humour qui aurait un penchant pour une Wawaa, BORDEL DE MERDE ?



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Wawaa 583 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte