Magazine

Parce qu'il ne faut pas se laisser aller...

Publié le 24 mars 2009 par Papote

Alors, en vrac et dans le désordre, deux/trois trucs qui me font rire parce que je n'ai pas envie que le marasme s'installe, parce que je veux rester sur ma lignée de retour de vacances...

Poético-culturello-graveleux :
- Si tu as une couille qui s'appelle Dali, on peut peut-être appeler l'autre "Picasso", non ?
- Non, il vaut mieux "Miro", ça prendra moins de place à tatouer et ce sera moins long... Et le pinceau au milieu, on l'appelle comment ?

Absurde mais je ne m'en lasse pas :

lino_ventura_cinema_stars_294388
Classique mais je ne m'en lasse pas non plus (et je fais un effort, je ne cite pas les mêmes que d'habitude...) :

"- Monsieur Berreteau, c'est la troisième fois cette année, et la dernière j'espère, que vous êtes poursuivi pour coups et blessures
- A qui la faute Monsieur le Commissaire, hein ? Moi je roulais tranquillement, doucement, à ma droite, et c'est ce monsieur qui grille un stop et qui m'emplâtre. Je souligne poliment l'infraction. Je souris..., quand cet espèce de possédé commence à me dire un tas de gros mots que j'ose même pas vous répéter Monsieur le Commissaire ...Bon, j'ai peut être eu tort de le tirer par la cravate à l'intérieur de la décapotable, mais c'est tout Monsieur le commissaire !
- Et c'est ainsi que vous lui avez fendu le cuir chevelu et ouvert l'arcade sourcilière ?
- Bah, j'avais changé de voiture et j'ai oublié qu'elle n'était pas décapotable. Voilà !"

"- On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot.
- J'en connais un autre qui consiste à prendre les grandes blondes pour des imbéciles !"
(mention pour toutes mes coupines blondes, vraies ou fausses ou moitié...)

Ne Nous fâchons pas ! de Georges Lautner (1966), dialogues Michel Audiard, avec Lino Ventura, Mireille Darc, Michel Constantin, Jean Lefèbvre...

De l'importance de la formulation :
"Tu veux bien reposer la question parce que, là, j'ai la réponse dans ma tête mais je n'ai pas bien compris ta question..."

Private joke dominicale (je pense qu'on n'est que 3 à pouvoir comprendre... Mille pardon à tous les autres mais j'en pleure encore de rire) :
"Ché souis Floriané Olibé, ché mets ma blouse à flors et ché viené faire lé ménache avant dé dévénir président dé la Répoublique..."

A bientôt !

La Papote


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Papote 9759 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte