Magazine

Le «Hérisson» n’est pas méchant mais… il est quand même bourré de «puces» !

Publié le 24 mars 2009 par Kamizole

herisson.1237900670.JPGJe ne vais pas parler de la gentille petite bestiole qui envahit les jardins de Montmorency ou d’ailleurs… et qui est néanmoins pleines de - vraies - puces. Le programme de flicage «Hérisson» concocté par l’armée ressemble trait pour trait au système américain «Echelon»… qui a fort défrayé la chronique de l’espionnage tous azimut en son temps. On aura beau prétendre que les diverses communications privées des citoyens lambdas ne sont pas concernées, je n’en crois pas un mot : il suffit de savoir que la technologie le permet… toutes les dérives sont alors permises.

C’est bien ce que je retiens d’un article de Libé lu ce matin « HERISSON n’a rien à voir avec le système Echelon » qui a interrogé un responsable de la DGA (Délégation générale à l’armement) initiatrice du projet qui a lancé l’appel d’offres en 2007… Lequel a été confié à EADS (s’ils sont aussi performants que pour l’A340 et le gros porteur militaire A400, on peut respirer !) qui est mandataire du projet avec l’appui des sociétés Bull et Bertin.

La question primordiale était de savoir si le programme Hérisson, acronyme de «Habile Extraction du Rensei-gnement d’Intérêt Stratégique à partir de Sources Ouvertes Numérisées» pouvait être aussi dangereux pour nos libertés publiques autant que privées que certains le redoutent – à bon droit, bien évidemment. J

e retiens surtout «Habile»

«La France serait-elle en voie de mettre en place l’équivalent d’un réseau Echelon dans l’hexagone pour surveiller et cataloguer tous les faits et gestes de tous les médias, radio, TV et internet compris ?» s’interrogent Libé à la suite de PC impact qui a médiatisé cet appel d’offres. J’y ajouterais bien volontiers les communi-cations téléphoniques, les SMS et les mails…

Ce qui peut le plus peut le moins et j’avais déjà lu qu’un petit malin français avait créé un logiciel qui lui permettait de capter toutes les communications téléphoniques des portables passant à portée de ses installations.

Ne croyez pas que je sois parano ! Je n’ai d’ailleurs rien à cacher dans ma vie privée non plus que publique, sinon quelques pensées de mon jardin secret qui ne concernent que moi et les confidences que l’on peut me faire et qui sont bien à l’abri…

Je vis simplement, avec des moyens certes modestes, mais sans me mettre «hors la loi» par quelque vol ou malversation non plus que je ne participe à aucun trafic ni d’influences ni de produits prohibés.

Mais je suis quand même, à ma manière une «dealeuse»… d’infos et de réflexions. Et c’est à cet égard que je me sens concernée – comme tous les ami(e)s blogueurs/euses de la blogosphère anti-Sarko - par tous les flicages divers dont ce régime ne semble point avare.

Bien évidemment, le porte-parole de la DGA s’inscrit en faux contre cette hypothèse de flicage généralisé… Quand bien même le système le permettrait-il (et je crois que potentiellement, il le permet) vous n’imaginez quand même pas qu’il répondrait par l’affirmative !

Pour l’instant, le système Hérisson – présenté comme un simple prototype de démonstrateur technologique – dont l’objectif serait uniquement de tester, d’évaluer les logiciels dans le commerce et les logiciels libres capables de traiter des «sources ouvertes» - entendre les données directement accessibles sur le Web à qui sait les chercher… Mais déjà, il n’exclut pas les recherches sur le «web invisible», : «avoir accès à des pages qui ne sont pas ou mal indexées par les moteurs de recherche, mais qui restent encore une fois accessibles à ceux qui savent les chercher»

On pourra s’interroger sur le pourquoi et le comment de ces recherches… Apparemment, et selon le porte-parole de la DGA, l’autorisation de la CNIL n’est pas nécessaire…s’agissant d’un simple démonstrateur technologique, sans constitution de base de données…

Vous pensez bien que s’ils répertorient dans un fichier les internautes et autres utilisateurs de données numériques, ils ne vont pas aller l’avouer devant la CNIL ! Encore heureux : cette collecte d’informations n’est pas classée «secret défense»

Tout cela, ajouté à la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy et à toutes les tentatives de «domestiquer» l’internet citoyen, prend néanmoins un petit air de Big Brother !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kamizole 786 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte