Magazine

Gagner plus qu’au Tribunal: un fait en médiation

Publié le 24 mars 2009 par Dominique Foucart

Cela peut en étonner plus d’un, mais une solution de médiation est souvent une solution plus bénéfique pour toutes les parties en conflit que d’obtenir un arbitrage au tribunal.

En effet, lorsqu’un juge doit arbitrer un conflit, il le fait à partir des éléments qui lui sont présentés par les différentes parties, chacune de leur côté. Il part des positions de ces parties. La définition de la “poire” qu’il doit couper entre les parties est la vue la plus étroite du conflit.

Dans un divorce, l’un veut une garde égalitaire, l’autre un hébergement principal avec peut-être un droit de visite un week-end sur deux. Dans un conflit commercial, le vendeur veut le paiement intégral de sa facture, et l’acheteur qui a été livré dans une couleur autre que celle qu’il avait commandé refuse de payer les 20% du solde… Que va faire le juge ? Entre donner raison à l’un ou à l’autre, son curseur ne se promènera que sur l’axe de l’hébergement ou celui de la remise sur facture.

En médiation, c’est l’ensemble de la relation qui va être prise en compte. A côté de la simple problématique d’hébergement, tous les éléments de la relation entre les futurs ex-parents et entre les parents et les enfants peuvent être mis en discussion. Et la possibilité de résoudre le problème de facturation peut aller bien au delà du paiement de la facture, prenant en compte par exemple la possibilité pour les uns et les autres de s’engager dans de nouveaux contrats, de servir de référence, etc…

La confidentialité offerte par le cadre de la médiation permet justement d’aborder un univers de solution beaucoup plus important que celui imaginé par les parties.

C’est en abordant le conflit sous de nouveaux angles que le médiateur apporte sa plus-value à la recherche d’une solution qui permet à tous de se retrouver gagnant au moment de la signature de l’accord.

La première étape à considérer pour arriver à un tel résultat, c’est celle qui consiste à se poser la question: quels sont les autres éléments de la relation avec l’autre partie du conflit qui pourraient la motiver à changer sa position ? De quoi a-t-elle (ou il) besoin, pour lequel j’ai peut-être une proposition à faire, et auquel il (ou elle) ne s’attend pas ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dominique Foucart 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte