Magazine

Ga bu zo meu

Publié le 24 mars 2009 par Pjjp44
"C'était il y a très, très, très longtemps. En ce temps-là, il y avait... le ciel. A droite du ciel, il y avait la planète GIBI; elle était complètement plate, et elle penchait, soit d'un côté, soit de l'autre. A gauche du ciel, il y avait la planète SHADOK; elle n'avait pas de forme spéciale... ou plutôt... elle changeait de forme. Au milieu du ciel, il y avait la TERRE, qui était ronde et qui bougeait. Sur la Terre, il n'y avait apparemment rien. Les Shadoks et les Gibis en eurent donc assez, au bout d'un certain temps, de vivre sur des planètes qui ne marchaient pas bien. Alors ils décidèrent, les uns et les autres, d'aller sur la Terre qui avait l'air de mieux marcher.../... "

ainsi parlait, non pas nietzsche mais le shadok dans le texte et pour la suite de nos aventures voir la page du chat léo ou l'on apprendra également que "les shadoks c'est voltaire": "Les Shadoks ? Un caustique. Et mordants : à pleines dents. En effet, de ces créatures réduites à leur plus simple expression, et fortes par là, c'est ce détail qui doit être retenu : que ces oiseaux ont des dents. Et qu'ils n'attendent pas que les poules en aient pour les montrer et s'en servir. De ces becs carnassiers, que profèrent-ils ? Des méchancetés assainissantes. Thérapeutiques. Ils arborent les longs becs des médecins d'autrefois qui permettaient de se distancier ironiquement d'une épidémie en se promenant au milieu d'elle.../..."

Les shadoks pompaient, tout le monde semble d'accord là-dessus, et les aéroporteurs sondent, ils l'on déjà fait et ils y reviendront, forage ou fourrage, ils n'ont pas hésité longtemps, surtout qu'ils ont tout pour eux, l'argent de ceux qui regarderont passer les avions au dessus de leurs têtes et l'accord de ceux qui prendront l'avion qui passera au dessus de nos têtes. "Expulser des personnes, abattre le bocage, détruire un bassin laitier, d'élevage, de potager personnel ou collectif" disent les opposants au forage qui s'opposent à "un projet destructeur, énergivore et ruineux" mais que faire contre l'avis de spécialistes qui ça tombe bien et comme un fait exprès est également celui de politiques pour qui l'avion n'a jamais fait peur d'autant qu'il ne passe que très rarement au dessus de leurs têtes, c'est pas qu'ils n'ont pas une tête à avion mais parce qu'ils choisissent en général d'habiter là où les avions ne passent pas au dessus- et ils savent bien où, vu que ce sont eux qui signent les plans de là où les avions passeront avec eux dedans qu'ont pas peur puisqu'ils le prennent souvent avec l'argent de tous ceux qui ne le prennent jamais et de quelques autres qui le prennent parfois mais pas souvent. Non contents de ne pas payer l'oxyde d'azote, monoxydes de carbone, hydrocarbures, dioxydes de soufre et particules solides que trainent joliment derrière eux les aéronefs et qui tombent au grès de leurs humeurs (les gaz et parfois les avions aussi) -regarde maman c'est beau l'avion- les aéroporteurs qui comme les shadoks ont des dents et savent s'en servir par délégation n'ont pas apprécié du tout que d'autres plus terre à terre qu'eux viennent presque sous le nez de leurs n'avions avec leur pelle et leur seau prélever un peu de terre d'avant pollution- suivant l'adage bien connu "à sondeur, échantillonneur ennemi" pour la peine deux opposants ont été arrétés pour vol de terre, rien a voir bien entendu avec le vol d'avion qui comme chacun sait n'est poursuivi par rien. c'est pour tout cela et sans doutres autres choses aussi que la coordination des opposants au projet d'aéroport de notre "drame" des landes vous convient à les rejoindre le mardi 28 avril à l'heure de l'apéro devant le tribunal de saint-nazaire. pour faire de la terre le plus bel endroit du ciel


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pjjp44 391 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog