Magazine

Faire un doublé

Publié le 24 mars 2009 par Dateurenserie

Samedi, sur l’heure du souper, j’étais toujours sous le choc de ma rencontre éclair et on ne peut moins surprenante avec la Girl next door. Je me suis dis qu’un petit souper me ramènerais les esprits et qui d’autre qu’une nouvelle rencontre aurait pu me changer les esprits.

Ça tombe bien, une fille très jolie, ajoutée la veille, voulait me voir. Parfois, on n’a pas à travailler trop trop. La balle est lancée et on l’attrape ou non. Je ne vous apprendrai rien en vous disant que j’ai la mite large. Je n’en manque pas une! Gens célibataires, acceptez les offres. Lâchez-moi le prenage de temps à discuter sur MSN. Osez. Parfois on découvre des perles. Comme cette fois-ci.

Nous l’appellerons La Chiro. Étudiante, un doctorat en chiropratique. Moi qui a souvent mal au

dos, en plus. Le meilleur moyen de sauver des frais sur un service est de flirter avec la personne qui les dispense. Vous allez chez la coiffeuse chaque semaine? Sortez avec elle!

Je n’avais que le temps pour un souper. Un bon souper scrap dans une cantine. Rien d’officiel. Je devais partir vite car c’était la fête de Tite-Laine et nous allions fêter ça au Belmont. Belle petite place… enfin, je m’éloigne. Vous voulez de la peau, du flirt et du sexe. Pas du mémérages de sorties.

Donc, on se rejoint devant une église. C’est un spot facile compte tenu qu’elle ne connait pas mon coin. Et si l’envie nous prenait de nous marier ou de baptiser les enfants qu’on aura, ben on est juste devant.

Elle arrive en Mazda 5 ou 3 je sais pas. Disons 4 pour trouver un terrain d’entente. Au travers des vitres teintées, elle a l’air jolie comme sur ses photos. Petite, mince, brune. Quand elle ouvre la portière, la temps s’arrête. Il manque simplement la petite musique et le gros plan sur ma gueule qui tombe et qui bave. Et l’escalier. Il faudrait qu’elle descende un escalier au ralenti mais elle est stationnée juste à côté de moi. La musique ne joue que quelques secondes dans ma tête qu’elle a déjà ses fesses posées dans mon auto.

Nous sommes allées dans une cantine. Cantine qui porte un vrai nom de cantine. Ma Cabane. Plus cantine que ça, ça s’appelle La Bécosse. Mais là, on irais peut-être pas y manger. Pas très chic. Je l’aurais amenée au Mcdo mais dans les villages, il n’y en a pas. Ne vous inquiétez pas, j’ai le sens du goût. Nous avons mangé un potage de patates rôties coupées en bâtonnets dans une sauce brune maison recouvert de fromage. Leur spécialité.

Après s’être embrassé passionnément dans mon auto, je suis partit le cœur léger. Je ressentais une sensation qui ne m’arrive que très rarement. Merde! Cette fille me fait quelque chose! Je me suis mis à lui chercher des défauts. Faut bien qu’elle en ait un ou deux. Elle a une petite voix gênée, parfois c’est tannant. Ah oui, un gros défaut, elle habite Port-Joli quand elle ne va pas à l’école. Jamais je n’irai vivre là! Les relations à distance sa passe mais pas la Distance. Avec un grand D.

Faut savoir se faire l’avocat du diable parfois! Mais Dieu qu’elle embrasse bien! (Champs lexical religieux ici, applaudissez-moi) Dossier ouvert!

D.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dateurenserie 578 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog