Magazine

Gran Torino

Publié le 02 mars 2009 par Andersonmother
Ce à quoi ce film ne nous prépare pas quand on découvre les affiches ou encore la bande-annonce, c'est à rire. En effet, le personnage d'Eastwood (Walt Kowalski) est un vieux loup de mer désabusé après tout ce qu'il a pu voir durant la guerre au Vietnam. Il crache, est raciste, grogne sans arrêt et ne supporte pas tous ces asiatiques qui ont pris possession de son quartier. Il n'a d'affection que pour sa chienne et... sa Gran Torino. Pas de quoi tenir bien chaud durant l'hiver. OK, le chien me direz-vous. Oui, mais niveau discussion c'est un peu limite. Tout ça pour dire que quand sa femme meurt, il se retrouve seul et sa famille cherche à le caser par tous les moyens à l'hospice en rivalisant d'attentions mielleuses et de "téléphone grosses touches" (mais si, vous savez ces trucs pour les vieux avec les numéros des secours pré-enregistrés). Lui n'en a que faire. Par contre, faut pas pousser grand mère dans les orties quand des ptit racailles (avec des gros guns quand même) viennent foutre le bordel sur sa propriété. Papi fait de la résistance, et prend sous son aile le jeune voisin Thao (qui a essayé de lui voler la fameuse voiture) en se donnant pour mission de lui apprendre la vie par quelques "menus travaux d'intérêts généraux". Au final, chacun va apprendre de l'autre. Thao va gagner en assurance (ne jamais sous estimer les séances chez le coiffeur), Walt remettre en question ses idées reçues et se découvrir une famille de coeur.En bref, un film sur la tolérance et le partage. Accepter les différences de l'autre et s'en nourrir pour avancer. Pour ceux  qui ont vue Million Dollar Baby et ont voulu se pendre après le visionnage : ne boudez pas votre plaisir devant la dernière réalisation du GRAND Monsieur Eastwood, se serait dommage. Contrairement à MDB, ce film est dure certes mais il est aussi rempli d'espoir. Certains pourront le trouver pleins de bon sentiments. Moi j'ai apprécié de découvrir l'une des dernières légendes du cinéma de notre époque. Parce que mine l'aire de rien, ces mythes en technicolor toujours vivant, il n'en reste pas beaucoup. Donc force est de reconnaître et d'apprécier ces grands hommes tant qu'ils nous font l'honneur de partager notre monde et leur talent. Merci Mr. Eastwood de faire encore des films. Comme quoi, même à votre âge il vous reste des choses à jouer. Il y a toujours moyen de se réinventer.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Andersonmother 237 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog