Magazine

Carlos Mirza - Du Lausanne Palace au «LeCrans Hotel»

Publié le 26 mars 2009 par Danielle
Mirza-Missbauer REVUE DE PRESSE - Notre confrère Laurent Missbauer est monté à Plans-Mayens rencontrer Carloz Mirza, cet ancien du Lausanne Palace qui dirige aujourd'hui LeCrans Hotel. Un article que nous reproduisons ci-après, où on apprend qui est cet hôtelier et quelle est son ambition à Crans-Montana.
Dominant la station de Crans-Montana, dans le quartier de Plan-Mayens où l’on aperçoit parfois la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey venir se reposer dans le chalet familial et où Roger Moore, ainsi qu’Alain Delon viennent volontiers manger au Restaurant de la Dent-Blanche, LeCrans Hotel & Spa a enfin ouvert ses portes le 30 janvier. Construit là où se trouvait auparavant l’Hôtel du Mont-Blanc, ce nouveau cinq-étoiles superior, membre des Leading Small Hotels of the World, est dirigé par Carlos Mirza, un ancien du Lausanne Palace.
Certains professionnels de l’hôtellerie estiment que LeCrans, avec seulement treize chambres, ne pourra jamais être rentable, que leur répondez-vous?
Il est certain que ce serait plus confortable de diriger un hôtel avec une petite trentaine de chambres, mais notre rentabilité ne dépend pas seulement de l’hébergement. Nous avons en effet un spa Cinq Mondes, un restaurant gastronomique, une terrasse où les skieurs sont les bienvenus, un bar avec happy hour et nous ouvrirons d’ici fin avril LeDepotClub, notre propre boîte de nuit, dans un cadre unique au sous-sol. Nous avons donc plusieurs centres de profit. Par ailleurs, les prix de nos sept chambres et six suites, de même qu’un appartement, s’échelonnent de 800 francs à 9000 francs la nuit. Il vaut parfois mieux avoir un appartement à 9000 francs que 50 chambres à 200 francs.
Quel taux d’occupation comptez-vous réaliser?
Etant donné que notre hôtel sera ouvert toute l’année, nous tablons sur un petit 70% de taux d’occupation.
Comment fait-on pour obtenir le label de Leading Small Hotels of the World avant même que l’hôtel ne soit ouvert? Le fait d’avoir travaillé au Lausanne Palace sous la direction de Jean-Jacques Gauer, le président des Leading Hotels of the World, a-t-il facilité les choses?
Nous n’avons bénéficié d’aucun passe-droit. D’ailleurs, hotelleriesuisse nous a également classés en cinq-étoiles superior avant même que l’hôtel ne soit ouvert. Il se fait tout simplement que les représentants de Leading, de même que ceux d’hotelleriesuisse sont venus nous inspecter pendant que nous étions encore en chantier. Ils sont venus mesurer nos chambres et suites, dont une de 100 m2, et ont vu que nous mettions tout en œuvre pour satisfaire notre clientèle. Certains prétendent que je suis une antenne de Jean-Jacques Gauer à Crans-Montana. Ce n’est pas le cas mais cela me fait plaisir car j’ai une grande estime pour lui. J’ai en effet beaucoup appris à ses côtés.
 
Qui est Carlos Mirza?
Un ancien de Glion
Mirza-photo-Laurent_MissbauerDiplômé de l’Ecole hôtelière de Glion, école où il a notamment côtoyé Jaume Tàpies, l’actuel président des Relais & Châteaux, Carlos Mirza est né à Beyrouth en 1967. «Tout en étant moitié-grec et moitié-libanais, je suis d’origine française», tient à préciser celui qui a été, de de 2005 à 2007, directeur des ventes et du marketing au Lausanne Palace. Il a débuté sa carrière aux Etats-Unis, au sein du groupe Mariott, puis a travaillé dans les Caraïbes, à Saint-Martin, avant d’intégrer il y a neuf ans le groupe Méridien à Paris où il développe les marchés russe, moyen oriental et américain de huit hôtels situés en France, au Benelux et à Malte.  
Un article reproduit ici avec l'aimable autorisation de Laurent Missbauer, paru dans  Infôtellerie Suisse romande

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Danielle 1123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte