Magazine

Nouvelle crise du logement Tome 3

Publié le 24 mars 2009 par Baxt
Dans ce tome 3, je vous présente une réalité sur le marché du logement locatif.
LOGEMENT : PAS DE QUOI SE RÉJOUIR
Extrait :
S’il est vrai que le taux général de logements inoccupés est revenu à la normale dans les régions métropolitaines de Montréal (2,8 %)

Le taux général de logements inoccupés donne une vision déformée de la réalité...Le taux de logements inoccupés est également plus bas dans le cas des logements à loyer inférieur que dans ceux à loyer plus élevé


Le problème du logement, ce n’est pas qu’une question de pénurie
Extrait :
Ainsi, le recensement canadien de 2006 nous démontre que, 245 755 ménages locataires québécois consacrent entre 30 % et 50 % de leur revenu en loyer, 116 010 entre 50 % et 80 % et 87 075 plus de 80 %. Au total, ce sont 448 840 ménages locataires qui paient plus que la norme de 30 % de leur revenu en loyer. Il s’agit de 35,8 % de l’ensemble des locataires, soit à peu près le même pourcentage qu’en 2001 (35,9 %).

La relance de l’emploi vécue entre les deux recensements -2001 et 2006-aurait pourtant dû entraîner une amélioration beaucoup plus sentie de la situation.

Ce qu'il faut en retenir, c'est que plus un logement est abordable, moins il y en a. De plus, si vous compiler tout les logements disponibles, et s'ils étaient tous à prix résonnable, il n'y aurait pas de pénurie. Je me demande si les logements à prix exorbitants sont réellement des logements DE LUXE ou neufs...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Baxt 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte