Magazine

Les mythes sur l’entrepreneuriat

Publié le 18 février 2009 par Kimauclair

Cette semaine je suis tombée par hasard sur un lien traitant des mythes sur l’entrepreneuriat et je souhaitais le partager avec vous.

Voici des passages que je trouve importants à retenir :

« Il faut arrêter de penser que tous les entrepreneurs ne pensent qu’à eux », plaide de son côté Richard Roussel, du Regroupement pour la relance économique et sociale du sud-ouest de Montréal. » « Beaucoup sont animés par un grand sens social. Et ce sont souvent ceux-là qui réussissent le mieux, parce qu’ils font en sorte que leurs employés se sentent valorisés et aient le goût de donner leur maximum. »

….

« Il est vrai que les Québécois les plus fortunés sont des gens d’affaires, mais cela ne veut pas dire pour autant que tous les entrepreneurs sont riches, met en garde Sylvain Lévesque. Et la majorité d’entre eux travaillent de 70 à 80 heures par semaine, même plusieurs années après avoir lancé leur entreprise. »

….

Certes, l’acquisition de certaines connaissances en gestion allégera la tâche du futur entrepreneur. Par exemple, il est indispensable de pouvoir interpréter les états financiers. « Il faut au moins savoir si on fait de l’argent ou non… », fait valoir Roland Garceau, conseiller en démarrage d’entreprise au Centre local de développement de Shawinigan. Par contre, il n’est pas nécessaire de comprendre tout ce qui est lié à la comptabilité. Et il est encore moins essentiel de s’obliger à aller chercher un diplôme en la matière.

…..

« C’est évident que, pour lancer une entreprise, il faut avoir un peu la fibre de l’entrepreneuriat », ajoute Richard Roussel, du Regroupement pour la relance économique et sociale du sud-ouest de Montréal. « Cela implique de connaître les embûches qui peuvent survenir et d’être bien préparé à les surmonter. » Par exemple, il faut avoir le réflexe de prévoir une certaine marge de manœuvre dans le budget, au cas où les profits ne se matérialiseraient pas très vite. « Mais cette connaissance ne s’acquiert pas exclusivement au sein d’une famille d’entrepreneurs », assure M. Roussel.

….

« Il est possible de se lancer en affaires sans avoir beaucoup d’argent », estime Richard Roussel, du Regroupement pour la relance économique et sociale du sud-ouest de Montréal. « Mais à défaut d’en avoir, il faut savoir où en trouver… »

….

Sylvain Lévesque ajoute une mise en garde : « Il faut garder en tête que, si notre idée est bonne, d’autres ont pu l’avoir avant nous. On doit donc évaluer la concurrence, savoir ce qui existe sur le marché et s’assurer de pouvoir tenir le coup, si une fois notre entreprise lancée, quelqu’un s’avise de copier notre idée… » La meilleure méthode pour tâter le terrain? Allez voir ce qui existe déjà sur le marché et parlez aux gens du secteur d’activité concerné. Vous identifierez ainsi ce que vous pouvez apporter de neuf à vos clients potentiels.

Qu’en pensez-vous ?

Articles sur le même sujet:


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kimauclair 2538 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte