Magazine Afrique

Les 5 règles que tout bon entrepreneur Web antillais devrait mettre en pratique

Publié le 07 septembre 2007 par Satyam Dorville

Très tôt, les Antillais ont pris part au phénomène Internet. De nombreux sites ont éclot dès la fin des années 90, et certains disposent aujourd’hui d’une audience à faire pâlir d’envie certains acteurs nationaux. La référence à la matière est Zouker.com avec son million de visiteurs uniques par mois.
Mais, force est de constater que la performance commerciale n’est que très rarement au rendez vous.
Les causes à cela sont nombreuses : Faible structuration du secteur, manque d’intérêt de la part des annonceurs nationaux,…
Voir à ce titre, l’avis de Jean-Christophe Despres, de Sopi.

Mais un certain nombre d’explications ne tiennent qu’à la façon dont ont été menés ces projets. Souvent, il s’agit d’initiatives personnelles. Lorsque le besoin de structure se fait sentir, une association est créée. De jeunes développeurs Web, travaillant pourtant dans des entreprises nationales et internationales majeures du secteur, ont ainsi créé leur site et ont su trouvé leur audience. Mais aucune logique économique n’est présente dans bon nombre de projets. Cela met en danger la pérennité de ces sites, dont l’activité s’estompe petit à petit, las d’efforts sans retours financiers.
Voici donc 5 règles pratiques, que je me propose humblement d’émettre, à mettre en œuvre par tout entrepreneur web antillais, qui veut que son aventure Internet dure et lui permette un jour d’en vivre. Elles répondent, de manière spécifique, aux comportements habituellement observés sur ce secteur précis.

1. Très tôt, tu mettras en place une stratégie marketing et commerciale
Promouvoir la DanceHall, ou le Kompa Haïtien, grâce à votre site est une noble mission, qui est tout à votre honneur. Mais ceci ne doit pas vous empêcher pas d’avoir un site Internet rentable, ce qui servira bien mieux vos objectifs, je vous l’assure. Penser très tôt à comment vous allez gagner de l’argent avec votre site. Les moyens ne manquent pas (Publicité, Vente en ligne, Affiliation…). Vous déterminerez ainsi votre modèle économique.
Apprenez à connaitre votre marché, vos concurrents, vos forces, faiblesses,…et batissez une stratégie marketing.

2. La technologie sera ton moyen, pas ton but
Comme tout produit, média ou pas, un site Internet sert à répondre à un besoin. Lorsque vous avez identifiez le besoin auquel vous voulez répondre, gardez le toujours en tête. La démocratisation des systèmes de gestion de contenu met à disposition des créateurs de sites, de nombreuses fonctionnalités, et sont souvent utilisés. Identifier les fonctionnalités qui répondent précisément à votre besoin, et écartez sans aucune pitié les autres.
Votre site a pour objectif de fournir de l’actualité sur la DanceHall ou le Kompa ? Très bien, choisissez ou implémentez les fonctionnalités qui vous permettent de ne faire que cela, et que celles là.

3. Tu choisiras ta cible avec discernement et ne connaitras, ni les frontières, ni les barrières (de la langue)

Promouvoir la DanceHall et le Kompa, en Franche-Comté, ou dans les steppes russes est aussi une noble tâche, toujours toute à votre honneur. Mais lorsque l’on édite un site depuis la Guadeloupe, cela risque d’être un peu compliqué, voir complètement ardu. Attention aux incohérences géographico-culturelles, qui risque de réduire drastiquement la cible effectivement atteinte !
Si le site s’inscrit dans une démarche culturelle forte, il serait justifié de s’adresser d’abord à ceux qui font vivre cette culture. Ainsi la zone Caraïbe est un cœur de cible naturel pour votre site de Kompa ou de DanceHall. Ceci doit se traduire en un site versionné en plusieurs langues. Concentrez vos efforts sur les personnes qui ont le plus de chance d’être intéressées par ce que vous offrez. Résidents des DOM, de la Caraïbe, diasporas francophones, en France, ailleurs,… menez votre réflexion et faites un choix !
Une fois que votre cœur de cible est atteint, regardez le monde ! Analysez vos statistiques, et vous constaterez que le Japon ou la Belgique, sont très friands de musique caribéenne, faites leurs des petits coucous de tant en tant !

4. La qualité de service sera ton principal souci

Effacer de votre vocabulaire le mot « Tchoké »*. Après avoir mis en ligne la première version de votre site, arrêtez-vous, et réfléchissez déjà à ce que vous allez mettre dans la v2 : corrections et évolutions. Intéressez vous à ce que font les autres, les meilleurs, (les américains quoi !), copiez les bonnes idées, mais en mieux. Intéressez vous toujours à la qualité du service effectif fourni aux utilisateurs, et non à l’excellence technique qui peut y avoir derrière.

5. Les autres sites seront tes partenaires et tes alliés et non tes ennemis + Tu ne copieras sur ton voisin.
Un site Internet n’aime pas la solitude, il dépérit si ses copains, les autres sites Internet, ne s’intéressent pas à lui. Apprenez à connaitre les gens qui font la même chose que vous, prenez contact avec eux, essayez de trouver des moyens de travailler ensemble, vous permettant de dépasser vos objectifs. L’union fait la force, n’est ce pas ce que l’on dit ?
Pour que cela soit possible, éviter de faire le même site que le copain. Trouver des besoins connexes non couverts par les services existants, ou faites mieux. Si ce n’est pas le cas, ne faites pas.

6. Votre règle…

Il s’agit en effet d’une liste ouverte ! Partagez vos règles avec nous et je republierai la liste complétée dans un autre billet !

Les chaînes entre bloggeurs étant à la mode, je propose à Jonathan d’Ile de la Réunion, Neodys, Francois de Com’Malad, Hervé M’Bougen de Grioo, et Francois Despres de Sopi de diffuser cette liste complétée de leur règle ! Et n’oubliez pas de faire tourner…

* Tchoké = Bacler


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Satyam Dorville 16 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog