Magazine Politique

Sommet du G20, sommet de l’OTAN: les deux logiques

Publié le 07 avril 2009 par Letombe

Sommet du G20, sommet de l’OTAN: les deux logiques A quelques heures d’intervalle, le sommet du G20 à Londres et celui de l’Otan à Strasbourg ont imprimé leur marque aux années qui viennent. Mais le plus important est peut être ailleurs : ces deux événements comportent deux logiques différentes, voire contradictoires. Il faudra bien qu’une des deux l’emporte.

Le sommet de Londres exprime une logique multipolaire, en tous cas oligopolaire. Vingt pays dirigeants et non plus sept ou huit, les émergents et plus seulement le club des riches, la régulation plutôt que le dieu-marché, un retour en grâce des institutions internationales, notamment le FMI : autant de raisons d’approuver ces avancées même si beaucoup d’aspects (par exemple la lutte contre les paradis fiscaux et l’encadrement des fonds spéculatifs) restent à appliquer concrètement et si des trous béants subsistent : rien sur la relance économique immédiate indispensable, rien non plus sur un autre système monétaire international à construire ni sur le nouveau modèle de développement indispensable. Londres restera comme le sommet des “avancées mais…”. Avec trois vainqueurs : Obama, le FMI et la Chine. Et le passage d’une domination exclusivement américaine à un directoire chinaméricain ou oligopolaire.

A peine 24 heures après, c’est le retour à la logique des blocs. Qu’est-ce en effet que l’OTAN aujourd’hui sinon une “alliance contre x” ? L’alliance se cherche. Hier limitée au territoire européen, tournée contre les forces soviétiques et défensive, aujourd’hui axée sur la lutte contre le terrorisme et pour la sécurité énergétique, elle intervient en Afghanistan, peut être demain en Asie. Sous Bush, c’était le malencontreux “bloc de l’occident”. Désormais, avec Obama moins manichéen, c’est toujours un bloc, mais plus difficile à dénommer, et qui nécessairement engendre face à lui un autre bloc. D’où l’erreur de la France de réintégrer cette logique des blocs, avant même d’ailleurs que l’organisation n’ait redéfini clairement sa mission.

Au sommet du G20, l’Europe a apporté ses idées. Pour autant, elle a vu un peu plus s’estomper sa puissance. Au sommet de l’OTAN, elle s’est rangée sous un nouveau commandant en chef, sans rien gagner apparemment pour la défense européenne. Ces deux-sommets se sont déroulés sur son sol : piètre consolation pour un acteur qui, faute d’unité et de volonté, perd de son poids.

Entre ces deux logiques, il faut choisir. La logique multipolaire, c’est celle de l’avenir du monde. Ce doit être aussi la nôtre.

 

Laurent Fabius


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Letombe 131283 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines