Magazine

Hommage à Jay Dee

Publié le 07 avril 2009 par R0udy

jaydee.jpgOrange Moon a hier profité de la chronique du dernier DOOM pour rebondir sur la présence de Dilla et me demander si je pouvais lui confectionner une petite playlist d'instrumentaux axés, je cite, “zen transcendental”. Puisque comme vous le savez probablement Dilla est placé assez haut sur l'axe des plaisirs terrestres, je m'y suis tout de suite attelé et y dédie aujourd'hui un post afin que tout le monde en profite. Description : la tape s'ouvre sur l'intro alternative de la version longue du Ruff Draft EP, qui amenait originellement les trois pistes bonus de la réédition. De là l'atmosphère dérive vers Think Twice de Welcome to Detroit, dont vous connaissez probablement la cover par Badu. Retour au Ruff Draft, Nothing Like This et ses adlibs saturés, probablement la track la plus atypique de tout la disco du natif de Detroit. L'une des meilleures, aussi. La quatrième est Over The Breaks, tirée du pothume ShiningKarriem Riggins se chargeait des drums il me semble ; ambiance électrique enfumée, tendue, dans l'esprit du 7th Chamber part. II (Enter the Wu) et qui perdure le temps d'une autre piste, Big Booty Express. Dès lors la tape dérive progressivement vers la touche laid-back qui fit la réputation de Yancey avec quatres unreleased tirés de diverses compilations… dillamadlibdiggin.jpgLes 10-11-12 sont une sorte d'escapade world music, dans l'ordre avec African Rythms, Time Travellin' (tirée du classique Like Water for Chocolate et où posent entre autres Femi Kuti et Roy Hargrove) et Brazilian Groove. Cette dernière fond au blanc vers Shouts (Alt), une petite démo des influences futuristes circa 2002-2003 que l'on retrouvera nottament dans ses travaux avec Madlib et Common. Retour rapide au smooth avec Doo Doo puis second décollage cette fois vers l'atmosphère Donuts, tout d'abord avec Take Notice, puis la mythique One for Ghost et deux essais perdus sur les cassettes révélées par Frank-n-Dank. La liste retombe sur le culte Make 'Em NV, un remix d'Oblighetto du jazzman Jack McDuff paru chez Blue Note à l'époque où il tentaient de s'ouvrir au hip-hop (Shades of Blue, etc.), le fameux Dimethyltryptamine invoqué sur Born Like This, l'instrumental de Reckless Driving—l'un de ses plus grands chefs d'oeuvre à mon avis, et s'évanouit sur l'intro de Jay Love Japan. Enjoy cet n-ième hommage aux allures de retrospectives à l'un des plus grands génies que la musique aie jamais connus, à télécharger par ici.

“One won't do it, two is not enough for me, no…”


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


R0udy 36 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte