Magazine Politique

Non, Madame Cancelloni, Joëlle Ceccaldi Raynaud n'est pas une laissée pour compte !

Publié le 07 avril 2009 par Frédéric-Michel Chevalier
Sylvie_c Prise de cours par l'éventualité d'une élection législative partielle en septembre prochain, Sylvie Cancelloni, qui vise la place de suppléante de Jean-Christophe Fromantin, fait une entrée en campagne bien maladroite.
Alors que la campagne n'est pas encore ouverte, la rumeur d'une candidature de Joëlle Ceccaldi-Raynaud aux élections européennes n'ayant pas encore été confirmée, Sylvie Cancelloni lance les premières attaques contre l'UMP. L'élue MoDem, minoritaire au sein de son propre mouvement, accuse pêle-mèle le parti majoritaire d'encourager le népotisme et de n'avoir que peu de considération pour l'Europe au point de constituer une liste "ramassant tous les laissés pour compte du moment".
La manipulation est grossière et les arguments sont fallacieux. Son seul objectif est de gagner du temps, suite aux révélations publiées hier sur ce blog.

A cours d'argument, le tandem Cancelloni-Grébert (la note a été immédiatement reprise sur MonPuteaux) tente de ressortir les bonnes vieilles ficelles pour racoller les voix des électeurs. Après "la guerre du père et de la fille", qui a pollué le débat municipal à Puteaux, et les attaques contre Vincent Franchi, voici qu'ils essaient encore de détourner le regard des électeurs des questions de fond avec "l'élue sacrifiée pour le fils de..."  Il est d'ailleurs amusant de voir ceux qui ne cessent de dénoncer le "système Ceccaldi" écrire que la démission de Joëlle Ceccaldi-Raynaud "serait tout sauf une bonne nouvelle pour la démocratie" ou encore "un scénario détestable" !

Dans son empressement à tenter de diviser l'UMP, Sylvie Cancelloni montre une fois encore son peu de sens politique et son manque de maîtrise des dossiers. "On murmure que Messieurs Juvin (maire de la Garenne Colombes) et Dupuy (maire de Suresnes) seraient candidats : apprécieraient-ils de disparaître par un jeu de pouvoir ?", écrit l'élue MoDem qui ne semble pas comprendre le mécanisme de parité, devenu la règle en politique. En effet, par le mécanisme de l'alternance homme-femme dans la composition des listes, Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne peut en aucun cas prendre une place susceptible d'échoir à Philippe Juvin ou à Christian Dupuy.

Dans mon précédent billet, je n'ai pas commenté la rumeur, contrairement à ce que l'on peut lire dans certains commentaires laissés sur ce blog ou à certains blogueurs putéoliens. En effet, c'est une décision qui lui appartient et je ne doute pas que Joëlle Ceccaldi-Raynaud prendra la décision qu'elle juge bonne.

En revanche, qualifier ainsi Joëlle Ceccaldi-Raynaud de "laissée pour compte du moment" et considérer comme un désaveu une candidature aux élections européennes est simplement insultant et méprisant.

JCR_officielle
L'élection européenne est un enjeu majeur pour l'UMP et le président de la République, suite au succès de la présidence française de l'Union européenne.

Nicolas Sarkozy a montré que l'Europe est utile est nécessaire quand elle réagit à des crises, quand elle agit et quand elle protège. Nous avons fait bouger les lignes pendant la présidence française, nous devons continuer à le faire.

Pour poursuivre son action pour changer l'Europe, Nicolas Sarkozy doit pouvoir s'appuyer sur des élus compétents, engagés et d'expérience, loin d'être des laissés pour compte. Rien d'important ne se fait aujourd'hui en Europe sans le Parlement européen. Un député européen est aujourd'hui aussi important qu'un député national. Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui est membre de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale, a parfaitement le profil requis. Son expérience d'élue locale proche des citoyens, serait utile pour bâtir une Europe humaine, en phase avec les Européens, plutôt qu'une Europe technocratique, froide et peu soucieuse des aspirations de ses citoyens. Maire d'une commune de 45 000 habitants, elle conservera de toutes façons ce lien avec les réalités du quotidien des Français.

Je vous invite donc à ne pas souscrire à ces querelles de personnes et à vous concentrer sur le débat de fond, à deux mois du scrutin du 7 juin. Les propos de Sylvie Cancelloni et de Christophe Grébert n'ont que peu d'importance, comme le soulignent les responsables de la section locale du MoDem qui dispose désormais de son site officiel : "Les sites de Chritophe Grébert et de Sylvie Cancelloni sont des sites personnels qui ne reflètent que les phantasmes de leurs auteurs. Une mise au point sera faite prochainement, c'est tellement important pour l'avenir du MoDem que notre discours ne soit pas confondu avec les soliloques de "blagueurs" (néanmoins blogueurs ?)."


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Frédéric-Michel Chevalier 3008 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines