Magazine Société

Bloody Monday

Publié le 07 avril 2009 par Toulouseweb
Bloody MondayLe budget américain de la Défense chamboulé

Le Pentagone va devoir procéder ŕ une véritable révolution culturelle: l’administration Obama ŕ peine en place, la voici qui bouleverse les priorités et, surtout, annonce une maničre nouvelle, plus exigeante, de confier de grands contrats au complexe militaro-industriel. Une évolution plus profonde, plus importante et surtout plus brutale que la transition douce qui était attendue.

Qu’on en juge. Les opposants politiques, qui multipliaient depuis quelques semaines les mauvais jeux de mots ŕ base de ŤNobamať en sont pour leurs frais. Il n’y aura pas de coupes sombres dans le budget de la Défense 2010 (qui débute le 1er octobre) et il est męme augmenté de 4% pour atteindre 534 milliards de dollars. La droite de la droite républicaine ne peut donc justifier de poursuivre ses attaques contre une équipe démocrate qui envisagerait de baisser la garde.

En revanche, le secrétaire d’Etat ŕ la Défense, Robert Gates, entame de facto des réformes de grande ampleur, dans des conditions qui laisseront ręveurs les Européens. Ainsi, sans autre forme de procčs, la carričre industrielle du puissant F-22 Raptor de Lockheed Martin va ętre immédiatement arrętée, ce qui signifie que la production en sera limitée ŕ 187 exemplaires, jugés largement suffisants. Les espoirs de commandes complémentaires se sont ainsi éteints du jour au lendemain.

Le coűt du renouvellement de la flotte d’hélicoptčres présidentiels par des VH-71 (Lockheed Martin/Agusta Westland) s’était envolé de maničre incontrôlée ? Le contrat va ętre purement et simplement annulé ! Le CSAR-X, hélicoptčre de recherche et de secours, confié ŕ Boeing, allait ŕ son tour conduire ŕ de dangereux surcoűts ? Annulé, lui aussi ! Le Lockheed Martin F-35 Joint Strike Fighter répond bien aux espoirs initiaux (et ŕ ceux d’acheteurs étrangers)? Il est non seulement maintenu mais aussi accéléré. Ce sont 513 exemplaires qui seront commandés en 5 ans, premičre étape vers un total impressionnant de 2.443 appareils.

Dans le męme esprit, les 205 gros cargos Boeing C-17 commandés jusqu’ŕ présent sont jugés suffisants. Il n’y aura donc pas de commandes supplémentaires. Par ailleurs, des errements sont pointés du doigt, notamment du côté de l’armée de Terre et de son ambitieux Future Combat System tandsis que la Marine n’aura pas le nouveau destroyer que développaient Northrop Grumman et General Dynamics, etc.

Bien que l’expression n’ait pas encore utilisée par Robert Gates, l’objectif est de dépenser mieux et plus utile. Et, d’un point de vue strictement militaire, d’adapter les Forces armées américaines aux scénarios de conflits les plus probables. Une maničre détournée de dire que, cette fois-ci, il s’agit d’oublier la maničre de faire ancrée dans les habitudes des uns et des autres qui date de l’čre désormais lointaine de la guerre froide.

Les habitudes sont secouées ŕ un point tel qu’on entend parler ici et lŕ, depuis l’annonce lundi soir de cette réorientation, d’un ŤBlack Mondayť. Une expression utilisée par Norm Dicks, lobbyist en chef de l’industrie de l’armement américaine. D’autres clament que cette męme industrie est victime, l’expression ne nécessite pas de traduction, d’une Ťbudgetary airstrikeť. C’est trčs émotionnel et probablement pas fondé.

La preuve en est donnée par la bonne tenue ŕ Wall Street des principales entreprises concernées. Elles ont compris que les parts de gâteau seront distribuées autrement, sans que le gâteau ne devienne franchement plus petit.

Bien sűr, ces décisions devront ętre approuvées par le congrčs et le sénat, tandis que seront traités d’autres dossiers parfois trčs complexes. A commencer par l’inextricable programme KC-X, celui des nouveaux ravitailleurs en vol. Il est sérieusement envisagé de répartir les commandes entre Boeing et Northrop Grumman, solution de compromis que rejette fermement Robert Gates. Ce qui annonce de nouvelles passes d’armes de haut vol.

La męme remarque s’applique au bombardier stratégique de nouvelle génération, supposé entrer en service en 2018. Les uns disent qu’il ne verra pas le jour ŕ cette échéance, d’autres font remarquer que le prototype est peut-ętre sur le point d’effectuer son premier vol… Les ultra-secrets ŤBlack Programsť, apanage et symbole de l’hyperpuissance américaine, ne sont évidemment pas touchés par la tempęte qui vient de s’abattre sur le Pentagone. Une tempęte qui se révélera sans doute salutaire.


Pierre Sparaco-AeroMorning


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Toulouseweb 7297 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine