Magazine Asie

activiste khmer krom sous haute surveillance

Publié le 11 avril 2009 par Macbran
Pendant la visite temporaire de l'activiste  khmer krom Tim Sakhorn (moine boudhiste d'origine khmer krom,accusé entre autre de crime politique) au Cambodge, les groupes de droits disent qu'ils feront pression sur le gouvernement t et l'ONU à fin d'éviter son retour au Viêt Nam (où il était emprisoné depuis deux ans) la semaine prochaine.  
les.

 EN DÉPIT d'avoir eu la permission de revenir au Cambodge après presque deux ans de détention au Viêt Nam, l'ancien moine de bouddhiste Tim Sakhorn fait face à une bataille montante pour étendre son séjour au-delà du Nouvel an khmer. L'activiste Krom khmer de 41 ans est arrivé dans la province Takeo samedi, où il a assisté à une cérémonie d'enterrement pour sa mère et services religieux à Wat Phnom Den dans Kiri Vong le district.

Mais son visa est valide seulement jusqu'au 17 avril et les groupes de droits locaux et internationaux font campagne pour éviter son retour forcé et imminent au Viêt Nam. "Nous essayons maintenant de trouver des façons d'intervenir et de permettre à Tim Sakhorn de rester vivre au Cambodge  avec ses parents, comme il n'est pas disposé à revenir au Viêt Nam," a dit Thach Setha, le directeur général du Kampuchéa khmer l'Association de Krom. "C'est une violation de droits de l'homme de le séparer de sa famille et faire de la répression contre sa liberté d'expression."


Thach Setha a dit aussi que l'ancien activiste a été sous surveillance des autorités depuis son arrivée dans Takeo et pourrait risquer  la prison  s'il se prononcait contre les gouvernements vietnamiens ou cambodgiens. "Tim Sakhorn se sent effrayé pour sa sécurité et  à peur de parler ouvertement maintenant que les policiers patrouillent autour de sa maison et [près de la pagode] pendant la cérémonie," a-t-il dit.

Ang Chanrith, le directeur exécutif de l'Organisation de Kampuchea Krom Human Rights khmère, a dit que Tim Sakhorn ne pouvait pas  rencontrer  les reporters mardi en raison des craintes pour sa sécurité. Mais dans une interview de lundi avec l'Asie Libre Radio, Tim Sakhorn a dit qu'il avait été "forcé" à vivre au Viêt Nam et a dit qu'il voulait  revenir à la maison ,au Cambodge. "Je veux rester avec mon père et mon frère dans ma ville natale et cultiver la terre," a-t-il dit pendant l'interview. "Je demande au Gouvernement Royal, au Roi, aux Nations Unies et d'autres ONG de m'aider le séjour dans le pays et garantir ma sécurité."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Macbran 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog