Magazine France

Le Sarkobisme donne la migraine à la démocratie

Publié le 11 avril 2009 par Nellym67

Week-end de Pâques, j'interromps momentanément mon traditionnel voyage en direction de Rome (...) Clipart image paques ouf lapin cloche pour faire sonner quelques sons sociaux en ce contexte asphyxiant pour les défenseurs d'un débat apaisé...
 
Alors que la crise économique et la crise financière ont commis bien des ravages dans les porte-monnaie de toute une population d'hommes, d'entreprises et autres structures, la crise sociale s'installe insidueusement, et commence à faire pas mal de bruit également.

La pression, mode de communication privilégié essentiellement depuis deux ans..., est dans tous les comportements.

Les médias complaisants, toujours prompts à reprendre non seulement les mots et expressions, mais aussi les comportements montrés en exemple par le gouvernement, montrent du doigt les "méchants" de tout bord : leur cible actuelle privilégiée, ce sont les vilains salariés qui parviennent à convaincre par la menace et la séquestration... Mediapart rappelle aujourd'hui que ces pratiques ont toujours existé... mais c'est plus sympa de les mettre en "valeur" en ce moment, y a des réformes à faire signer... (à conditions que messieurs (et quelques mesdames) les parlementaires veuillent bien participer aux débats...).

Un nouvel aspect de la crise ne va pas tarder à semer la panique sur toutes les places publiques : la crise démocratique.

Les démons annonciateurs sont déjà là :

- on "monte" les individus les uns contre les autres (j'en ai parlé ici)

- les perspectives en terme de maintien ou création d'emploi sont catastrophiques : avec une chute de 30% de l'intérim sur un an, et en considérant que ce secteur est précurseur et représente un indicateur assez précis de l'évolution du marché de l'emploi, ne soyons surtout pas faussement optimistes et à l'écoute des promesses démagos... effectuées avec le regard compatissant et la rolex au poignet. La gestion catastrophique actuelle du Pôle Emploi est incapable d'y répondre...

- des médias qui se focalisent tous sur les mêmes sujets et surtout reprennent les paroles de ceux qui n'expliquent pas mais qui communiquent pour calmer les foules, privilégiant l'opacité des fausses bonnes nouvelles au discours de vérité... (cf. par exemple les compte-rendus admiratifs relatifs au G20 et aux fausses mesures décidées notamment sur les paradis fiscaux).

- des députés qui... mais ils sont où? ah pardon, overbookés, pas le temps d'aller voter les textes de loi, de toutes façons, c'est Sarko qui décide.

- une société européenne à construire avec un parlement à élire et une élection qui s'annonce comme celle d'un affrontement des camps les uns contre les autres, à la lumière des actions nationales et surtout en espérant l'abstention, afin d'éviter de parler de choses qui fâchent et pour pouvoir continuer comme on veut... Alors que tant de réponses devraient être débattues en ce moment!!!! Des attentes, conscientes ou inconscientes, pourraient s'exprimer dans le contexte d'un projet à échelle européenne et internationale, banalisant les usages des nations comme la France qui se replient sur elle-même.

De dissimulations en mensonges, de verbiage en déguisements, on s'aveugle les uns les autres par manque de dialogue...

Pas d'informations fiables hormis pour ceux qui prennent la peine de les chercher, pas de discours de vérité hormis pour ceux qui sont engagés (je veux dire " engagés sincèrement", je parle pas des absents des hémicycles...!) et organisent la confrontation en préparant leurs dossiers, du chantage qui s'instaure dans toutes les négociations... La démocratie est très souffrante... et couve vraisemblablement une longue maladie.

Comment on fait pour la sauver? En Orient, on n'attend pas que les personnes soient malades pour les soigner, on fait en sorte de préserver un état de bonne santé.

Chez nous, on tente de guérir quand l'infection est installée, par un cumul de remèdes plus ou moins actifs, plus ou moins nocifs... et qui marchent pas toujours, et certains ont plus de mal à guérir et à payer leurs soins, .... et les déficits se creusent.

médocs.jpg
Doit-on adopter ce système pour soigner notre société malade... Comment créer les conditions d'anticipation indispensables à la prévention? Est-il déjà trop tard? Devra-t-on se contenter d'infliger quelques médicaments de circonstance à notre démocratie en péril ou la laissera-t-on mourir?

1ère proposition : construire l'Europe : responsabilité de ceux qui font campagne actuellement. Ne pas réduire ces élections à une lutte de clans et à un combat politicien. Des personnes comme Jean-François Kahn, Sylvie Goulard et Corinne Lepage, toutes têtes de liste pour le Mouvement Démocrate l'ont bien compris. Diffusons leurs messages par tous les moyens.

Ensuite? Réfléchissons ensemble, mais surtout, éloignons-nous de cette vision refermée sur elle-même, le "Sarkobisme"... parce qu'à force ça donne la migraine, premier signe annonciateur des symptômes suivants...

Attention, à suivre sur ce blog : un article sur la démocratie sociale en entreprise, mardi 14 avril!

(à voir ce qui se passe dans ce domaine en entreprise, il est important d'anticiper les conséquences!).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nellym67 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines