Magazine Côté Femmes

Le concert d'Antony and the Johnsons au Grand Rex

Publié le 11 avril 2009 par Littlestylebox
Le concert d'Antony and the Johnsons au Grand Rex
Si les anges avaient une voix, ce serait celle d'Antony Hegarty, chanteur androgyne d'Antony and the Johnsons. Après une révélation mondiale en 2005 avec l'album I'm a bird now, Antony Hegarty revient avec un album beaucoup plus intimiste. Terminées les collaborations prestigieuses avec Rufus Wainwright ou Lou Reed, The crying light se concentre désormais sur sa magnifique voix sobrement accompagnée par le piano. Antony y délivre une musique précieuse, mélancolique, atteignant la grâce...
En concert, Antony Hegarty est dans son univers: il n'hésite pas à échanger avec le public, à recommencer une chanson lorsque le démarrage ne lui plait pas, à parler longuement de son rêve de résurrection de Jesus en femme (la chanson Hope Mountain). Être précieux dans un corps gigantesque, il captive le public de sa voix douce et féminine. Dans l'espace du Grand Rex, ses chansons atteignent un degré de beauté touchant au sublime...
Mais à côté de cette grâce, transparait un aspect underground. Antony Hegarty a toujours vécu au sein de communautés quelque peu borderline: débarqué à New York au début des années 90, il devient ami des Black Lips, troupe de performers transsexuels. C'est avec sa chanson quelque peu morbide I fell in love with a dead boy, qu'il se fait remarquer par Lou Reed qui le prendra ensuite sous son aile. La mort et la transsexualité sont deux obsessions qui sont omniprésents dans l'univers d'Antony: grand amateur du Buto japonais (danse des ténèbres créée pour se remémorer les douleurs de la guerre), depuis petit, il se voit dans le transsexuel et danseur Kazuo Ohno. C'est d'ailleurs une photo de Kazuo Ohno qu'il choisira en couverture de son nouveau LP Another world, photo qui servira d'inspiration pendant toute la création de l'album. En concert, ce côté underground s'illustre par une première partie de 20 minutes où un oiseau transsexuel recouvert de sang hypnotise l'auditoire de ses mouvements amples et répétitifs. Cette performance aurait pu avoir sa place lors d'une soirée fétichiste underground, une façon de faire entrer le chic public du Grand Rex dans son univers...
Il ne faudrait cependant pas croire qu'Antony Hegarty soit un être triste. Comme l'a montré sa collaboration avec Andy Butler pour Hercules and Love Affair, il peut apposer sa voix sur des tubes électro-disco qui font bouger les dance-floor de toute la planète. Amateur de mode, il a également collaboré avec Hussein Chalayan et plus récemment avec Miuccia Prada, créant la chanson The Great White Ocean pour le court-métrage Fallen Shadow de James Lima créé pour la présentation de la collection Fall 2008.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Littlestylebox 194 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte