Magazine Poésie

mémoire égarée

Par Plouf
aller sur l'estrade et parler à tout va,
quand on se sent si prompt à jouer les avocats
Les non-dits de nos maux;les squelttes grelottent
de notre propention à naitre polyglottes!

si j'ai perdu le fil tu m'en trouves marri
je suis un funambule dont le coeur trahi
pleure de sa beauté, joute majestueuse
et d'étonnants effets des trente glorieuses.

Mais des secrets le temps se perd et nous lasse
je garde tout entier nos rêves si voraces
Et les angoisses vaines pleurent à l'unisson
de ces enfants perdus à l'heure des moissons!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Plouf 112 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines