Magazine France

Patrons: les nouvelles du front

Publié le 12 avril 2009 par Juan
L'ancien directeur financier de Natixis (9 mois de présence) empocherait 1,3 millions d'euros de primes de départ. La banque, filiale commune des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne, a perdu 2,8 milliards d'euros en 2008. Jean-Pascal Beaufret a pris ses fonctions le 14 février 2008 puis partir fin novembre de la même année. Chaque semaine, un ou plusieurs cas similaires sont révélés au public, provoquant incompréhension et colère.
Ceux qui ne connaissent pas la crise...
Le vice-président de GDF-Suez a vu sa rémunération augmenter 458 239 euros en 2007 à 1,297 million d'euros en 2008, soit une hausse de 183 %, grâce à une décision du Conseil d'administration du 9 août dernier. Ce conseil a motivé sa décision par un souci d'ajustement par rapport au marché (le CAC 40). Son président, Gérard Mestrallet, a gagné une rémunération totale de 3,2 millions d'euros, en hausse de 15 % par rapport à 2007. Tous les les deux ont dû renoncé à une attribution de stock-options.
Franck Riboud, PDG de Danone, est le patron le mieux payé du CAC 40 : en 2008, il a gagné 4,3 millions d'euros (+6,9% versus 2007). Il est suivi de près par Jean-Paul Agon, PDG de l'Oréal (3,5 M d'euros).
Le patron de France Télécom, Didier Lombard, a gagné 10% de mieux en 2008 qu'en 2007 : 1,65 millions d'euros, la 14ème place du classement du CAC40.
Christophe Margerie, PDG de Total, a gagné 2,8 millions d'euros en 2008 (+5,4%).
... Et ceux qui la voient passer
Mais François-Henri Pinault, groupe PPR, a réduit son salaire de 58% en 2008 (1 million d'euros).
Coté banquiers, le tableau n'est pas toujours rose. Baudouin Prot, PDG de BNP Paribas, a perdu 72% de sa rémunération en 2008 par rapport à 2007 : 946 000 euros contre plus de 3 millions un an avant.
George Pauget, son collègue directeur général du Crédit Agricole, a gagné 920 000 euros en 2008, soit 40% de moins qu'en 2007.
Carlos Goshn, le PDG de Renault, a gagné 1,2 millions d'euros en 2008, en baisse de 54% versus 2007.
Jeudi 9 avril, Sophie de Menthon, présidente du comité d’éthique, a démissionné de cette instance mise en place il y a un an par Laurence Parisot au MEDEF pour "moraliser les pratiques patronales en matière de rémunération".

La séquestration : nouveau mode de négociation ?
par politistution

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte