Magazine Sport

Ligue 1 : Le vieil OM et la bonne mère

Publié le 12 avril 2009 par Levestiaire @levestiaire_net

blanc

Marseille est en embuscade, a un calendrier favorable et recevra Lyon. Dreyfus est très inquiet, Cissé ne comprend pas quelle poisse le poursuit. Heureusement, Bordeaux a encore plus le profil du champion qui joue mal.

Il avait imaginé tous les scénarios. Virer Diouf, faire revenir Papin, prêter Benarfa à Sochaux. RLD avait tout prévu, sauf ça. Comment imaginer que Marseille serait le mieux placé pour le titre à 8 journées de la fin ? Après l’excellent souvenir de 1998-99, après la parfaite finale d’UEFA de Laurent Blanc contre Parme, après l’exquis cadeau de départ de Barthez pour Drogba contre Valence en 2004, après l’inoubliable finale de Coupe de France contre le Sochaux de Le Tallec, l’OM retrouve une situation qu’il pensait avoir oublié à jamais avec l’arrivée de Philippe Troussier. Comme Marc Cécillon cravaté pour un speed dating, le club phocéen n’est pas certain de savoir gérer. La réception de Grenoble s’annonce des plus instructives : Le Mans de Jeandupeux – comprenez au plus mal - n’est-il pas venu décrocher un 0-0 ? Et Darcheville n’a-t-il pas tellement fait trembler le virage Nord qu’il a applaudit le 0-0 ?

Hatem un peu, beaucoup, passionnément

Qu’a-t-il pu se passer pour en arriver là ? D’abord, l’OM prend moins de but en 2009, 2 en 11 matches. Ronald Zubar n’en a joué que 4. Jean-Jacques Pierre ne voit pas le rapport, Gerrard, Agüero et Koevermans oui. Le public du Vélodrome peut se rassurer : si Gerets avait pensé que Civelli-Hilton, ça pouvait passer le 1er tour de Ligue des Champions, il aurait déjà resigné. Le Brésilien, si rayonnant à Genève, Bastia et Lens, a encore offert une balle de but d’une feinte de frappe le week-end dernier. Gomis, rappelons-le, joue à Saint-Etienne. Quant à l’Argentin, il a permis à l’OM de réussir en un seul match en Ukraine ce qu’il avait peiné à accomplir en 11. Sans forcer son talent, juste en regardant.

Brandao, lui, joue bien à Marseille. Il a rejoint la terrible dream team olympienne, avec Niang, Koné, Benarfa, Valbuena et évidemment Samassa, qui marqua un jour à Auxerre. Tout le monde les imaginait irrésistibles en début de saison, personne n’est déçu. Bien sûr, Gourcuff et Chamakh font mieux mais Henrique-Diawara, ça mérite aussi qu’on se mette minable comme le pense Marius Trésor, tous les samedis sur W9. A l’OM, la concurrence est terrible. Benarfa, pourtant au plus mal, ne méritait pas de passer ses samedis à regarder M’Bami tenter d’apprivoiser un ballon parfois tellement inamical. Niang, lui, tremble devant les contrôles de l’ex terreur de Donetsk. Peu importe, ça fait déjà trois buts pour Brandy, contre Caen, Nantes et Saint-Etienne. Cette année la Coupe de France rapporte des points en championnat.

Pour renouer avec son lustre d’antan, la cellule recrutement s’intéresserait à Bryan Bergougnoux depuis cet hiver.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Levestiaire 1939 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine