Magazine Société

40 ans

Publié le 12 avril 2009 par Oldchaps

Comme on dit dans le point: me voilà passé dans la décade des quadra. C'est arrivé comme cela, au détour d'un long week-end - un peu comme quand on vendange un rang de vigne: on arrive systématiquement, à un moment donné, au bout de celui-ci - en attendant de passer au suivant.

Alors au suivant, et 40 ans: c'est le bon age je vous dis....

Rétrospective des 15...dernières années

Je suis juste en train de digérer et accepter la barbaque dont je suis fait, comme quoi la vie a du bon. Ma révolte intérieure m'a souvent amené là où le biais systématique prend le dessus sur le raisonnable. Cela m'a souvent nuit et cela m'a servit de leçon. Un apprentissage, je vous dis; j'ai l'impression que je suis juste en train de finir ma formation à ma vie.

Je suis ingénieur de formation, nul n'est parfait. 15 ans dans une grosse boite privée, ça vous replie un homme, et je crois bien en être là - plus du tout débutant, la naïveté mise à part; pas du tout parvenu et pas encore amer. C'est sans doute pour cela que je change de boulot tous les 3 à 4 ans: pour sentir le vent effleurer mes tempes.

Bref, voir l'élaboration et la pérennisation des inégalités dans ma boite me fout le gerbe. Les processus qui mènent à ce constat me sont de plus en plus familiers, la manipulation et l'humiliation y jouent un grand rôle: Le théatre est donc ouvert chaque jours ouvrés de l'année. Ben oui, je suis devenu Manager (comme on dit aujourd'hui) et c'est moi qui suit en charge de perpétrer cet état de fait.

J'ai bien cherché à participer à cette fête foraine, mais visiblement je n'ai pas le coeur à l'ouvrage. Une DRH, juste avant de m'embaucher en 2003 m'avait dit: qu'est ce que vous êtes allé faire dans une école d'ingénieur ? comme quoi l'expérience a du bon parfois. C'est seulement maintenant ( à chacun sa maturité) que je m'aperçois de la justesse de son propos. Il faut dire que je lui avais parlé une demi-heure de littérature.

J'ai toujours essayé de rentrer dans le rang, même si instinctivement je savais que c'était peine perdue, parce qu'il faut bien travailler pour faire bouillir la marmite. Je me suis donc mis de la poudre aux yeux afin de parfaire ce pourquoi j'avais été formé. Bref, avec mon package professionnel il va falloir que je pense à ré-aiguiller ma vie professionnelle. Il me reste donc à réinventer mon avenir, et ce n'est pas une mince chose !

A suivre dans les dix prochaines années....je refais un billet à la cinquantaine....à la Bruel. Cessons là ces élucubrations impudiques et passons à la blogosphère.

Deux ans de blogs: ma plus grande satisfaction

j'ai commencé à bloguer voilà deux ans cette semaine, et je dois dire que j'en retire une énorme satisfaction. Le bouzin sur lequel évolue ce support est en constante mutation, et  cela me plait. Les blogs, c'est une histoire de liens et ce n'est pas Jegoun  qui me contredira.

Alors, le blog un exutoire: évidemment - une famille mouvante assurément, le tout dans un milieu incandescent, créatif et stimulant- et pour tous dire inclassable. Nous avons nos widgets 1.0 et nos anti-widgets 2.0. Nous commentons ce que nous voulons, nous constatons les polémiques à deux balles de la classe politique. Et quand ils ne jouent plus dans le bac à sable, nous lançons  les notre. De plus, quand un bon blogueur de droite passe par là, ils sont trop rares ces temps-ci d'ailleurs, alors c'est la fête.

A part ces divagations pré-décennales d'un dimanche soir, j'ai ma petite Sérena, mon petit Joseph et mon tout petit Julien qui usent et abusent de leur Papa...et ça...



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Oldchaps 58 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine