Magazine Rencontre

Quand je date une blogueuse

Publié le 13 avril 2009 par Dateurenserie

Ma version:

Qui a dit que le seul moyen pour rencontrer des gens sur Internet était via les sites de rencontres? Il suffit d’avoir un blogue de dates pas si pire que toutes les petites filles de la blogosphère célibataires meurent d’envie de me rencontrer. Pas facile la vie. J’ai donc dû faire un choix et j’ai choisi… Nah je ne le vous dirai pas voyons!

Alors, il était environ 23 heures quand je suis arrivé chez elle. Beaucoup plus jolie en personne qu’en photo. Toujours plus le fun quand on est surpris positivement que négativement! Direction dans un petit bar sur Jarry où Fabio et Steven nous reçoivent comme des rois, présentations en règle et poignées de main. Il y a 5 clients dans le bar alors c’est comprenable. Et comme nous avons très soif, nous ressemblons à de gros signes de dollars à leurs yeux.

Après la téquilla qui nous a permis d’être d’attaque, nous avons engloutit un pichet de bière. Étant sur le même divan, nous nous sommes rapprochés, question de flirter jusqu’à ce que je la surprenne vivement avec un french bien sentit. Tout au long de la soirée, nous avons eu envie de nous rendre aux toilettes pour faire plus ample connaissance mais je ne suis définitivement qu’un grand parleur, petit faiseur à côté d’elle.

*** Interlude de karaoké avec un arabe qui sent le swing et un rappeur qui chante du Spice Girls. Rien à signaler. ***

À la sortie du bar, nous avons débuté les préliminaires dans diverses ruelles nous menant à son appartement. Dommage que ma ville n’ai pas de ruelles comme ça, car je les aurais toutes essayées déjà.

Dois-je détailler la suite? Vous êtes assez vieux pour vous l’imaginer!

D.

Sa version:

Pâques… sans chocolats. Téquila, bière cheap, Fabio & Steven et trop de cafés. Ça donne quoi? Un plancher de salle de bain bin trop trempé. J’ai réalisé que j’avais un problème de vis, va falloir que j’me mette activement sur la recherche d’une “allen key” de bonne grandeur. Ça et engager une femme de ménage.

Quand on parle d’une fille dans l’rouge, c’est rarement du nez qu’on parle; sauf hier. Débordement nasal intense jusqu’à la maison hier avec escarmouches dans les ruelles. Maintenant, les rues de Montréal connaissent mon ADN. J’suis démasquée. Saviez-vous qu’il faisait sacrément froid hier dans la nuit? Ce fût une raison supplémentaire de marcher d’un pas plus que décidé vers la maison.

Ouaip, en y repensant, j’lai eu mon chocolat d’Pâques!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dateurenserie 578 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines