Magazine Photos

Arnaud DELCORTE (Belgique)

Par Ananda
Arnaud DELCORTE est un universitaire belge. Il vient de publier son tout premier recueil.
Il a été, d'autre part, publié dans la revue mauricienne Point barre.
Je suis heureuse de vous présenter quelques échantillons de sa très belle poésie.


1.

Las

De jauger la distance des regards

De vivifier la sève des revirements

Pour existence

Je plaide

L’infidèle absence aux contentieux du monde

Je deviens infidèle

Incident

Devant moi se dresse

La perfection rare de l’oiseau

De l’aile

La résilience de la page
Des mots

Et ces paroles qu’on croyait frêles

Révèlent

Au-delà de l’insoumission

Au-delà de
L’action

La sérénité évidente d’un autre moi

Ce moi imaginé

Moi androgyne

Césure d’étoile sur les continents vagabonds

Je ne veux plus connaître des aubes bruissantes que cette infime tranche de ciel
Entre rose et pourpre

Vibrances

Qui de lendemain

Me font renaître
Homme



2.

L'abrasion du tumulte

Le merveilleux

Qui était à volonté homme ou saumon

Célébrant la renaissance alchimique

Cette botanique où on l'imagine

   Génie

Pourvu qu'il tende

Un astre à l'escale des voyageurs

Dont les couchers de connivence ancestrale
Poignardent les vagues du jour

 


3.

Dans la chevelure du soleil je veux me laisser entraîner
A la remorque des caravanes sur les miroirs saumâtres
Etre poussière dans leur sillage
Fossile au cœur de roc je veux
Ecarteler les fontanelles de schiste pour m'y enfouir
A jamais disparaître sous les glaces
Et avec ma chair y sceller ton nom




4.

Et
Ce gouffre où s’éveillent les sirènes l’atteindrons-nous
Glisserons-nous
Jamais sur les pentes amaryllis clôtures liserées de pourpre
Nous les descendants du peuple de l’eau
Des nations de l’or noir
Embrasserons-nous encore l’écorce
De vos racines
Les marbrures
De vos pelages
 
Stries verticales
Moire à la surface
De l’oeil
 
Dans nos bouches
Scansion sans savoir
Chairs tuméfiées
Nerfs
Carbonisés
Nous avarions les cardinaux
Message tari dans la gorge des femmes
Failles désormais stériles paupières suturées
Ventres gangrénés
Poussière
 
Pierre
 
Pour réfléchir l’azur
Ni yeux ni larmes
 
Rien
 
Non
Aucune langue ne franchira plus l’erg
Qui désaccouple nos lèvres atones 


Arnaud DELCORTE
.
Inédits.
 



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ananda 2760 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines