Magazine Santé

Hémorroïdes

Publié le 13 avril 2009 par Marieclaude

Les hémorroïdes sont des dilatations anormales des veines du rectum ou de l'anus, similaires à des varices. S'il est normal que les veines de la région recto-anale enflent légèrement au moment de la défécation, le terme hémorroïdes indique la distension ou la congestion récurrente ou relativement permanente de ces veines. Elles se remarquent par un saignement rouge clair après être allé à la selle, par une défécation douloureuse et parfois par de l'inconfort à rester assis. Cette affection passagère toucherait 50 % de la population âgée de plus de 50 ans.

L'augmentation de la pression sanguine dans les veines de la région de l'anus est presque toujours à l'origine des hémorroïdes, c'est pourquoi les femmes enceintes y sont sujettes. Cette pression veineuse s'élève aussi en cas de constipation, puisque les efforts déployés à expulser les selles sont importants.

Types

  • Les hémorroïdes externes. Situées sous la peau qui entoure l'anus, les hémorroïdes externes sont généralement douloureuses puisque la peau est très sensible à cet endroit. Parfois, un caillot sanguin se forme dans la veine dilatée, ce qui cause une douleur aiguë et de l'inflammation. Dans ce cas, les hémorroïdes se caractérisent par une petite tuméfaction bleutée et dure sous la peau.
  • Les hémorroïdes internes. Les hémorroïdes internes sont situées dans le rectum. Contrairement aux hémorroïdes externes, celles-ci ne sont pas souffrantes parce que les membranes du rectum possèdent peu de terminaisons nerveuses. Les hémorroïdes internes peuvent donner l'impression que le rectum est plein. Les efforts pour aller à la selle et le frottement peuvent les faire saigner. Par ailleurs, il arrive que les hémorroïdes soient tellement dilatées qu'elles sortent de l'anus. Ces hémorroïdes extériorisées (ou « prolapsus hémorroïdaire ») peuvent provoquer des démangeaisons ou saigner.

Évolution

La plupart des hémorroïdes guérissent en moins d'une semaine ou deux. Elles auront cependant tendance à réapparaître (on parle d'évolution par poussées) si rien n'est fait pour les prévenir. Chez les femmes enceintes, les hémorroïdes ont tendance à diminuer, puis disparaître complètement après l'accouchement. Une infection ou une thrombose hémorroïdaire (la formation d'un caillot de sang dans une hémorroïde) sont des complications très douloureuses qui nécessitent une prise en charge médicale rapide. Dans de rares cas, une perte de sang trop importante et constante liée à une hémorroïde peut provoquer une anémie.

Symptômes

Note. Il est primordial de consulter un médecin en cas de saignements anaux. Ce symptôme peut être le signe de troubles plus graves du système digestif.

  • Une sensation de brûlure, de démangeaison ou d'inconfort lorsqu'on va à la selle.
  • La présence de protubérances à l'anus, pour les hémorroïdes externes.
  • La sensation que l'intérieur de l'anus est enflé, pour les hémorroïdes internes.
  • Un saignement durant la défécation, visible sur le papier hygiénique, dans la cuvette ou autour des selles.
  • Un suintement de mucus (souvent causé par l'usage excessif du papier hygiénique, une infection ou des allergies).

Personnes à risque

  • Les personnes âgées de plus de 30 ans.
  • Les personnes dont un proche parent souffre d'hémorroïdes.
  • Les femmes enceintes.
  • Les femmes qui ont donné naissance par accouchement vaginal.
  • Les femmes durant leurs menstruations.

Facteurs de risque

  • Souffrir de constipation chronique. L'inactivité physique, les mauvaises habitudes alimentaires et le stress causent la constipation. Celle-ci peut aussi résulter d'une maladie comme le syndrome de l'intestin irritable, la maladie de Parkinson, le diabète ou l'hypothyroïdie. Certains médicaments peuvent être en cause, tels des laxatifs s'ils sont utilisés sur une longue période. Voir à ce titre la fiche Constipation.
  • Avoir un surplus de poids.
  • Être sujet à des épisodes fréquents de diarrhée (notamment du fait de l'utilisation de laxatifs irritants).
  • Garder une position debout ou assise pendant plusieurs heures.
  • Être appelé à soulever fréquemment des objets lourds.
  • Pratiquer certains sports pouvant demander des efforts violents.
  • Pratiquer le coït anal.
  • Sauter le petit-déjeuner. Une étude laisse croire que le risque d'hémorroïdes serait 7,5 fois plus important pour les personnes qui ne prennent pas de petit-déjeuner.

Prévention

Hygiène intestinale

  • Aller à la selle au même moment chaque jour pour habituer ses intestins à se vider régulièrement. Ne pas retarder le moment de déféquer si le besoin se fait sentir. Plus on attend, plus les selles deviennent sèches et dures. Au moment de la défécation, éviter de forcer en retenant son souffle.
  • Ne pas rester assis sur le siège des toilettes plus longtemps qu'il ne le faut (éviter d'y lire). Dans cette position, les muscles de l’anus sont relâchés, entraînant un afflux de sang.
  • Si nécessaire, prendre des laxatifs de masse, qui augmentent le volume des selles. Par exemple, le psyllium (Metamucil®, Fibropur®, Prodiem®, etc.) ou d’autres fibres (Fibramax®). S’assurer de boire beaucoup afin d’éviter l’obstruction du tube digestif.

Alimentation

  • Augmenter graduellement la quantité de fibres dans son alimentation. Les fibres ramollissent les selles et augmentent leur volume, ce qui facilite leur expulsion en douceur. Les fruits frais, les crudités, les légumes cuits, les céréales et les pains de grains entiers sont d’excellentes sources de fibres.
  • Limiter la consommation des aliments pauvres en fibres, comme la crème glacée, les fromages, le pain blanc et les viandes.
  • Boire suffisamment d’eau. Idéalement, neuf verres d’eau par jour pour les femmes, et douze pour les hommes.
  • Éliminer les irritants alimentaires : café (même décaféiné), alcool, piment, moutarde et épices fortes.

Exercice physique régulier

  • Faire de l’exercice régulièrement. Seulement 20 minutes par jour de marche à bonne allure permettent de stimuler le transit intestinal.
  • Ne pas rester assis de longues heures. Si l’on ne peut faire autrement, se lever fréquemment, même pour seulement une minute ou deux.
  • Garder un poids santé.
  • Éviter de lever des objets trop lourds, car cela augmente la pression veineuse.

Conseils et soins de base

  • Garder la région anale propre : prendre un bain ou une douche quotidiennement pour la nettoyer avec de l'eau chaude. Il n'est cependant pas nécessaire d'utiliser du savon. Pour assécher complètement la région après le bain (l'humidité aggravant l'irritation) en évitant les frottements d'une serviette, utiliser un séchoir à cheveux.
  • Laver la région anale après la défécation. Toujours mouiller le papier hygiénique avec de l'eau ou mieux avec de la lotion contenant de l’hamamélis. On peut aussi utiliser des serviettes humides du commerce (comme celles, par exemple, pour les bébés) ou un linge de coton humide.
  • Si une hémorroïde sort de l’anus après la défécation, la replacer délicatement avec les doigts.

En cas de crise

  • Prendre un bain de siège dans une eau chaude, trois ou quatre fois par jour pendant 10 à 15 minutes. Certaines pharmacies et certains magasins spécialisés vendent de petits bains qu'on peut installer sur les toilettes.
  • Appliquer des sacs de glace, des compresses froides sur la région anale pendant une dizaine de minutes, trois ou quatre fois par jour.
  • Si la douleur est trop intense, s’allonger et rester au lit le temps qu’il faut.

Traitements médicaux

Pour régulariser le transit intestinal

Les médecins suggèrent de respecter les règles d’hygiène et de diététique (voir la section Prévention ci-dessus) et de prendre, si nécessaire, des laxatifs doux.

Pour soulager la douleur et les démangeaisons

Préparations topiques anesthésiantes. Il existe plusieurs produits, offerts en vente libre, qui peuvent réduire le gonflement et la douleur : onguents, crèmes, suppositoires. L’hydrocortisone et la benzocaïne sont souvent utilisées comme substances anesthésiantes.

Note. Les produits spécialisés vendus sous le nom Préparation H ne contiennent ni hydrocortisone, ni benzocaïne, mais plutôt de l’huile de foie de requin. Au Canada, à notre connaissance, la crème et l'onguent Préparation H pour soigner les hémorroïdes sont les seuls médicaments ou produits médicinaux utilisant cette huile. Leur autre élément actif est une levure. Préparation H existe depuis 1930 environ, mais il ne semble exister aucune recherche sur son efficacité. À Santé Canada, ces crèmes et onguents sont classés parmi les produits pharmaceutiques adoucissants et protecteurs des muqueuses.

Médicaments analgésiques. Des médicaments contre la douleur, comme l’acétaminophène (Tylenol®), l’ibuprofène (Advil®, Motrin®) ou l’Aspirine®, sont parfois indiqués.

Pour traiter les hémorroïdes résistantes

Si un caillot sanguin se forme dans une hémorroïde externe, il y a moyen de retirer le caillot en pratiquant une petite incision. Cette intervention gagne en efficacité si elle est pratiquée rapidement après la formation du caillot, dès que la douleur se manifeste.

Traitement sclérosant. Le médecin peut recourir à diverses méthodes (injection, cryothérapie, infrarouge, courant électrique, laser) pour provoquer la sclérose d'une protubérance hémorroïdaire. Il peut aussi utiliser un appareil à ligaturer qui fixe un élastique à la base de la protubérance. Dans tous les cas, les tissus se nécrosent et tombent d'eux-mêmes au bout de quelques jours.

Hémorroïdectomie. Cette intervention chirurgicale faite sous anesthésie générale ou épidurale consiste à enlever l’hémorroïde au bistouri. Cette méthode est plus radicale que les précédentes et réduit les risques de récidive, mais entraîne un inconfort plus important.

Bonne journée,

Marie claude

ref: Passeport.sante.net


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marieclaude 499 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines