Magazine High tech

Kinoville : Gérez un cinéma depuis votre navigateur

Publié le 13 avril 2009 par Guls
N'avez-vous jamais rêvé de gérer un cinéma ? Louer les films, traiter avec les grands producteurs et inviter les stars à vos représentations afin d'attirer plus de monde... C'est ce que vous propose Kinoville, un jeu gratuit jouable sur votre navigateur qui vous mettra aux commandes d'un cinéma, pour le meilleur ou pour le pire. Le premier jeu de Captive Studio saura-t-il s'élever dans l'océan de jeux web disponibles ? Notre réponse en test...

Les marches de la gloire
Kinoville est donc un jeu web développé par Captive Studio et vous mettant dans la peau d'un gérant de cinéma français. Tout d'abord à la tête d'un petit cinéma de quartier, il vous incombera la responsabilité de l'agrandir et de le faire fructifier pour en faire un grand centre du 7ème Art. Comment faire ? Tout simplement en programmant des films pour faire le plus d'entrées possibles.
Le gameplay de Kinoville est très simple, peut-être même trop. Dans l'onglet "Louez des films", vous avez accès à la liste des films disponibles dans votre période de temps, qui se trouve être exactement la liste qui était effectivement disponibles à cette époque là. Ainsi, tous les films que vous programmerez dans votre cinéma sont des films bien réels, et toutes les informations qui y sont reliées également, excepté, bien sûr, le prix. A vous donc de choisir un certain nombre de films et de les programmer intelligemment dans vos salles.
Celles-ci sont au nombre de 5 maximum et peuvent être agrandies ou améliorées en achetant du matériel de meilleure qualité, qui influera ainsi sur l'attrait de votre cinéma pour les spectateurs. Trois facteurs influeront sont votre succès : le film, l'heure à laquelle vous le programmerez (essayez de programmer un dessin animé à 23h30 et vous aurez peu de succès), et la popularité de votre cinéma. Pour influer sur cette dernière, vous pouvez améliorer la qualité des salles mais également inviter des acteurs et réalisateurs connus afin qu'ils vous fassent de la bonne publicité.

Un jeu pour cinéphiles
Si le concept du jeu est très simple, le design, lui, est plutôt soigné. Les menus sont accessibles et clairs et on ne se sent jamais perdu dans la gestion. Mais c'est très certainement au niveau de la quantité d'informations cinématographiques que Kinoville saura se faire remarquer. Ainsi, tous les films sont dotés d'une fiche signalétique complète avec l'affiche réelle, le budget, le synopsis et même la bande annonce qui a récemment été ajoutée à la base de donnée. Un soin tout particulier qui saura parler au cinéphiles que nous sommes. Au menu des petits ajouts, notons également les différents employés du cinéma qui passeront de temps en temps après les séances pour discuter, des interludes sans grand intérêt pour le jeu mais somme toute amusants.
Malgré la profusion de détails de ce genre toutefois, Kinoville manque grandement de profondeur dans son gameplay. Ainsi, le jeu est solo et ne permet pas d'interactions avec les autres joueurs si ce n'est par un classement et des forums de discussions. On regrette également qu'il manque de nombreux éléments de gestion tels que les campagnes de publicité, les bonbons et friandises, et bien d'autres choses qui font la vie quotidienne d'un cinéma.

Conclusion
Pour un premier jeu, Captive Studio arrive à attirer l'attention, et Kinoville sera certainement un grand plaisir pour les cinéphiles. Malheureusement, le jeu manque cruellement de profondeur dans son gameplay et son contenu et lassera la majorité des joueurs au bout de quelques jours. Avec quelques efforts et quelques mois de développement en plus, on espère que le studio intègrera les fonctionnalités qui manquent au jeu, faute de quoi ce projet risque bien d'être rapidement noyé sous la concurrence.
Site officiel de Kinoville
Site officiel de Captive Studio

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Guls 278 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog